Sheltie19#10 Muckle gleði

Hello! 🙂
Jeudi, j’ai passé ma soutenance du certificat de géomatique, et je suis désormais libérée, délivrée, certifiéééée! Je ne vous dis pas le soulagement, la joie et le bonheur que ce truc soit enfin terminé. Et ça tombe bien, car l’article du jour parle également d’un moment super génial des vacances qui nous a rendus vachement heureux, avec José.
Il s’agit de notre fin d’après-midi passée à Hermaness, tout au nord de l’île d’Unst, elle-même tout au nord de Shetland.

En arrivant vers les falaises après notre traversée d’une tourbière, nous avons découvert une incroyable flopée de puffins!

Ils vaquaient à leurs occupations: faire le ménage dans le terrier, se mettre à l’abri des bonxies, pêcher plein de sandeels pour les pufflings,… Le tout dans ce cadre incroyable, avec les colonies de fous de Bassan en arrière-plan.

On a passé un super moment à les observer, assis (voire à moitié couchés ^^) dans l’herbe humide. Certains macareux venaient vraiment très près, et on s’est même fait arroser de terre par un puffin qui creusait dans son terrier et projetait de la boue un peu partout, haha.

José en plein photoshoot avec un puffin coopératif

Franchement, c’est impossible de se lasser de les regarder. Ils sont juste tellement attachants, avec leurs mimiques et leur ventre tout boueux!

Un puffin qui s’aventure vers nos sacs
Supervision des travaux d’entretien du terrier

On a rencontré un couple d’Allemands très sympas, qui a proposé de nous prendre en photo. Ils logeaient sur le Mainland et étaient venus sur Unst seulement pour la journée, mais ils étaient déjà en train de dire qu’ils allaient devoir revenir, car c’était trop bien. Ils devaient partir pour choper leur ferry, mais on sentait bien qu’ils seraient volontiers restés quelques heures de plus avec les puffins de Hermaness.

Chaque point blanc est un fou de Bassan, ou du guano de fou de Bassan ^^

On a longé la côte en direction du point le plus septentrional de l’île, en marchant au milieu des moutons et des puffins.

Il y avait même encore quelques agneaux tout fluffy!

Brouter avec cette vue, c’est quand même super classe…

Le vent soufflait, on profitait des doux rayons du soleil, avec une belle lumière dorée et rasante illuminant ce petit coin de bout du monde. C’était vraiment magique. D’où le titre de cet article: Muckle gleði. Muckle signifie “grand” en Old Norse (on voyait ce mot partout, de la toponymie locale aux menus des fish & chips), tandis que gleði veut dire “joie, bonheur, gladness” (d’après mes quelques recherches Google). Bref, c’était le gros bonheur. 🙂

A un endroit, on a vu un immense groupe de puffins dans l’herbe. Et le sentier passait pile au milieu! Certains ont pris la poudre d’escampette en nous voyant arriver, mais on a quand même pu les voir de vraiment près. Et c’est trop drôle de voir les puffins “courir”, c’est très caractéristique, un peu comme les kiwis.

Attroupement à côté du chemin
J’adore cette photo 🙂 Et l’herbe est vraiment fluo, ce n’est pas juste un effet de la balance des blancs!

Et soudain, nous y voilà: on aperçoit Muckle Flugga. Il s’agit du rocher le plus au nord du Royaume-Uni, juste après Out Stack. Il était habité jusqu’en 1995, année où le phare a finalement été automatisé.

D’après l’intarissable source de connaissance et fun facts qu’est Wikipédia, le nom Muckle Flugga signifie “large steep-sided island” (ceux qui ont suivi reconnaîtront le mot Muckle) en Old Norse. D’après le foklore local, ce petit groupe de rochers aurait été formé par deux géants, Herma et Saxa, qui étaient tous deux amoureux de la même sirène. Ils se sont battus pour elle en se lançant des cailloux, et l’un d’eux est devenu Muckle Flugga. J’adore ce genre d’histoires, comme pour la Chaussée des Géants en Irlande. Ça me rappelle aussi tout plein de légendes maories découvertes en Nouvelle-Zélande, où les volcans et les lacs proviennent pour la plupart des émotions de dieux et déesses.

Après avoir atteint le point le plus au nord possible, nous avons gentiment fait demi-tour. Notamment parce qu’on commençait à avoir un peu faim, haha (eh oui, même si on ne dirait pas vu toute la lumière, il était déjà assez tard).

A un moment, j’ai senti comme des giclures dans mon dos, un peu comme si j’avais marché sans faire exprès dans une immense flaque d’eau. Si seulement. Eh non, je me suis en réalité fait bombarder par un skua, dont la fiente a bien ricoché sur mon sac à dos et mon pantalon, histoire de salir une surface maximale. ^^ C’était un peu la journée fiente d’oiseaux, puisqu’en rentrant à l’auberge, on a trouvé une méga fiente (sûrement un goéland) sur la toile de tente. On va dire que c’est le risque, surtout quand on choisit une destination exprès pour sa faune aviaire, haha.

Retour au parking, où les moutons ont mal compris le panneau “keep clear”

Et voilà, c’est fini pour aujourd’hui! A bientôt pour la suite des aventures shetlandaises! 😉

Bye! 🙂