Madeira19#9 Mer et Montagnes

Hello!
Hop, voilà les dernières photos Nikon du voyage à Madère. Entre océan Atlantique, falaises, phare et montagnes!

Il nous restait une partie de la côte à admirer, à l’extrême sud-ouest de l’île, donc on a roulé jusqu’à Ponta do Pargo. Depuis le Miradouro do Fio, on a une superbe vue sur l’océan et les falaises.

A pied, on rejoint le phare de Ponta do Largo, tout proche, entre herbe verte et bleu du ciel et de l’eau. En chemin, on croise oiseaux et vaches.

Vue sur le phare

A l’intérieur du phare se trouve une exposition sur les phares de Madère, avec d’anciennes photos, des témoignages d’anciens gardiens et leurs familles. Quel boulot, la construction de ces phares (notamment celui de Ponta de São Lourenço, sur son rocher isolé) et la vie de gardien!

On a discuté quelques instants avec le gardien du phare/de l’expo, tout content de nous faire signer le livre d’or et de nous parler des statistiques des visiteurs.

En retournant vers le Miradouro, on s’octroie une petite séance photo au soleil au milieu du vert pâturage!

Il fait sacrément chaud (30°C!) et on a bien envie de se baigner. Surtout qu’on n’est pas allés voir les fameuses piscines naturelles de la côte nord. Hop, on roule donc jusqu’à Porto Moniz où… il fait sombre, nuageux et froid. Et où les piscines naturelles sont fermées, haha. On peut quand même se balader à côté des jolies roches volcaniques formant les bassins, et on mange dans un petit café sous les nuages menaçants.

La côte vers Porto Moniz
Les piscines naturelles de Porto Moniz

On retourne ensuite à Jardim do Mar en passant par le Plateau (qu’on commence à bien connaître, avec ses troupeaux de vaches au milieu de la route et ses ajoncs en fleur) car José a oublié ses lunettes de soleil à l’hôtel. Ouf, la femme de chambre les a trouvées, on les récupère et on reprend la route direction Curral da Freiras, au-dessus de Funchal.

Curral da Freiras

On se retrouve sous un soleil de plomb au milieu des montagnes, avec des routes sinueuses et la vue sur des cultures en terrasses.

Le paysage est si différent de la côte nord, avec un air bien plus sec. On quitte ce cirque de montagnes et on roule jusqu’à Funchal, où on va passer nos deux dernières nuits dans une pension/taudis (un peu la déception après tous les logements géniaux qu’on a eus le reste des vacances).

Pour notre dernière journée complète, on s’attaque au plus haut sommet de l’île, le Pico Ruivo (1861 m.). On est un peu tout cassés et nos genoux nous font souffrir, donc on se lance sur la voie facile plutôt que de faire la longue rando qui passe par les trois plus hauts sommets de Madère.

Bien sûr, le désavantage de la voie facile au plus petit dénivelé, c’est que c’est carrément l’autoroute pour marcheurs. Le chemin est pavé quasi tout le long, et il y a foule. On croise des coureurs, mais je ne sais pas comment ils supportent de zigzaguer au milieu de tout ce monde.

Mais ça nous importe peu, car les paysages sont incroyables. Côté nord, des nuages se pressent contre les flancs des montagnes, recouvrant les bruyères géantes.

De l’autre côté aussi, quelques nuages s’engouffrent dans la vallée. Il y a plein d’arbres morts tout secs et de petits buissons poussant entre les rochers.

Arrivés au sommet, on découvre une superbe vue à 360°. Au loin, le plateau et ses éoliennes. Tout autour, des montagnes. Quelque part sous les nuages, la mer.

Une fois la vue du sommet bien admirée, on redescend pour se poser à l’ombre d’un arbre, sur un petit piton rocheux, et pique-niquer. Il fait vraiment bien chaud et on est entourés de lézards qui se dorent sous un soleil de plomb.

De retour au parking, on reprend la voiture et, après quelques minutes de route, on s’arrête pour prendre un couple d’Allemands de notre âge qui fait du stop. On les dépose à Santana avant de continuer notre route, direction Prainha.

Prainha, c’est une plage de sable brun-noir non loin de la Ponta de São Lourenço. Comme lors de notre première visite dans le coin, le vent souffle super fort et les palmiers s’agitent dans tous les sens.

La vue sur la petite plage
Un faucon du coin

La petite plage est lovée dans une jolie crique, à côté d’une buvette. On se baigne dans l’eau, qu’on trouve bien froide, et on s’amuse à patauger dans les vagues avant de passer une après-midi très farniente. Au programme: la dernière poncha des vacances (un apéro typique de Madère) à la buvette, un bolo de caco à l’ail, et de la lecture (Harry Potter 5 en ce qui me concerne).

Puis on est allés manger le soir à Caniçal, un bled tout proche, avant de rentrer à Funchal pour notre dernière nuit des vacances. Le lendemain, on s’est réveillés à l’aube pour aller choper notre avion, puis retour maison!

Et voilà, il me reste un tout dernier article avec des photos du natel de José, puis je pourrai enfin passer au récit de nos aventures shetlandaises! 😉
A bientôt!

Madeira19#7 Ilhas e golfinhos

Bom dia!
Avant de commencer à vous inonder de photos de Shetland, il faut quand même que je termine la rétrospective des vacances à Madère — ce qui devrait prendre encore trois ou quatre articles.
Aujourd’hui, on reprend donc avec une sortie en mer pour aller fouler le sol des Ilhas Desertas!

En quittant Funchal

Un truc qu’on avait vraiment envie de faire durant les vacances, c’était de passer une journée en bateau, notamment pour voir des dauphins. Et on était aussi intrigués par ces Ilhas Desertas, trois petites îles désormais inhabitées, sauf par les gardiens de la réserve naturelle. On a donc embarqué pour un tour d’une journée avec Ventura Nature Emotions.

A peine quinze minutes après notre départ de Funchal, on rencontre un groupe de Bottlenose dolphins (grand dauphin, en français). Ce sont parmi les plus communs, j’avais déjà vu cette espèce en Nouvelle-Zélande et en Ecosse, mais c’est toujours magique de les voir foncer vers la proue du bateau, nager à toute vitesse tout près de nous et nous suivre pour un temps.

Il y a environ 40 km de Funchal aux Ilhas Desertas. En chemin, on croise plein de shearwaters (puffins, en français), qui portent bien leur nom: ils rasent la surface de l’eau, frôlent les vagues, volent au milieu de vents à dérouter les mouettes! Vraiment magnifique!

Photo moche et sombre de shearwaters ^^

Après environ 3h à naviguer face à un sacré vent de travers, on arrive à Deserta Grande, la plus grande île du petit archipel. On s’arrête au pied de superbes falaises aux teintes incroyables, allant du violet au jaune en passant par du rouge-ocre, avec de magnifiques stratifications.

On se régale avec un buffet préparé par notre capitaine, on se baigne au milieu de beaux poissons gris-bleu dans une eau à 18°C, puis on descend dans un zodiac. Avant d’aller se promener sur l’île, on va voir de superbes grottes uniquement accessibles à marée basse.

Apparemment, il y a beaucoup de ces grottes ici, et certaines, qui ne sont accessibles que sous l’eau, sont utilisées par les phoques moines pour mettre bas et élever leurs petits. Les Ilhas Desertas forment une importante réserve naturelle, notamment marine, et abritent une importante colonie de phoques moines, une espèce en danger dont il ne reste qu’entre 350 et 450 individus au niveau mondial, d’après l’UICN.

C’est notamment pour protéger cette espèce que la pêche est interdite autour des îles, mais les rangers de la réserve doivent constamment lutter contre les activités illégales. Ils sont les seuls à “habiter” l’île (ils se font relayer toutes les deux semaines). Personne d’autre ne vit là, notamment car il n’y a quasi pas d’eau douce sur l’île.

On a ensuite débarqué sur l’île à la “fajã”, un genre de crique avec un espace plus ou moins plat créé par une succession de glissements de terrain — autrement, il n’y a que de hautes falaises, pas pratique pour accoster.

Wahou, ces stratifications!

C’est ici que se trouve la maison des rangers. Quand ils ont appris qu’il y avait un lusophone dans le groupe, l’un d’eux, Felipe, a “kidnappé” José pour taper la causette. Avant le mois de mai, il n’y a pas beaucoup de tours en bateau, donc les gardiens n’ont pas souvent de la compagnie.
C’était très sympa de discuter avec lui, d’en apprendre plus sur son travail, et aussi de découvrir que nos guides pour cette journée en mer étaient très appréciés par les “locaux”.

Un des nombreux canaris de l’île

Autour de la maison de rangers/centre pour visiteurs, on a suivi un sentier didactique avec Luis, notre guide/biologiste marin. On a vu de superbes mousses rouges, des canaris, des pippits, des sternes, et on en a appris plein sur la faune locale. Il y a une immense tarentule endémique, mais qui ne vit qu’au sommet des falaises, et une importante faune marine: outre les fameux phoques moines, il y a toutes sortes de baleines et d’oiseaux marins, dont un pétrel endémique qui ne vit que sur une seule des trois îles désertes.

La maison des rangers en arrière-plan
Le bateau de Ventura

On a eu du temps pour se promener au milieu des rocailles et de la fascinante flore avant de devoir gentiment reprendre le zodiac direction le bateau.

Trouvez le canari!

On a de nouveau eu droit à de sacrées vagues pour le trajet du retour, mais on était désormais plus habitués à la houle et il y avait même un peu de soleil pour nous réchauffer — car à l’aller, avec tout le vent, il faisait plutôt frisquet. On a aussi pu se régaler avec quelques biscuits et un verre de madère avant notre arrivée à Funchal, vers 18h30! 🙂

Fatigués mais super contents, on est rentrés à Jardim do Mar pour un bon bain et une sympathique soirée à se gaver de bolos do caco à l’ail sur la terrasse de Joe’s Bar.
Tchao, et à bientôt pour la suite!

Madeira19#5 Ribeira da Janela

Bom dia! Voilà la suite des aventures à Madère — relatées et programmées avant mon départ en Ecosse.

Lors de notre deuxième nuit à São Vicente, on a malheureusement mal dormi et on s’est réveillés vachement fatigués. Qu’à cela ne tienne, on prend la route direction le nord-ouest pour aller petit-déjeuner à Porto Moniz avant notre rando du jour, la Levada da Ribeira da Janela.

Cette levada était décrite par Le Routard comme l’une des plus belles de l’île, notamment pour ses vues sur de magnifiques cultures en terrasses. En fait, on voit seulement des cultures en terrasses au départ de la marche (et depuis la route), mais du coup ça a donné du suspense à la rando. A chaque virage, on s’attendait à tomber sur un village caché… Mais non, haha.

Le sentier était tout d’abord très large et offrait de belles vues sur des rochers dans la mer et le village de Ribeira da Janela. Mais bien vite, on s’est retrouvés au coeur d’imposantes montagnes recouvertes d’une belle forêt dense, avec la rivière en contrebas.

On a revu une tonne de roitelets de Madère, pour notre plus grand bonheur. C’est vraiment incroyable à observer: ils bougent tellement vite, sans rester tranquilles, et il y en avait souvent une dizaine sur le même arbre.

Puis, nouvelle surprise ornithologique: on tombe sur le fameux pigeon trocaz, aussi endémique de l’île. On était trop contents et on est restés un bon moment à l’observer, près de son nid. On s’est fait dépasser par plusieurs marcheurs qui n’ont pas eu l’air de se demander outre mesure pourquoi on s’infligeait un début de torticolis. ^^

Au retour, on a revu un pigeon trocaz, beaucoup mieux et à notre hauteur. Il a des motifs superbes sur le cou, et une belle queue en éventail traversée d’une bande blanche.

Lors des levadas de la veille, il nous était déjà arrivé de devoir passer derrière des cascades, mais cette fois on devait carrément passer dessous! On s’est bien marrés, c’était impressionnant. Heureusement qu’il y avait une structure formant un mini tunnel, car même avec ça on était trempés. On sentait toute la force de l’eau qui s’abattait sur le petit toit de fortune.

Le passage sous la cascade

On s’est arrêtés pour pique-niquer devant une ancienne maison de levadores, les ouvriers des levadas. Tout un groupe de pinsons (pas du tout intéressés par les miettes de sandwiches ^^) nous a tenu compagnie pendant cette petite pause, donc j’en ai profité pour prendre plein de photos.

Peu après, on a dû traverser un tunnel interminable. Vraiment, on n’en voyait pas la fin. D’après notre carte, on pense qu’il faisait environ 2 km de long, et ça nous a pris 20-25 minutes de le traverser. Par endroits, on s’est fait attaquer par des trombes d’eau, c’était méga impressionnant. Le sol était aussi recouvert de flaques bien profondes, et on est ressortis trempés jusqu’aux os. C’était une sacrée expérience, d’être dans le noir total (on ne voyait vraiment pas la sortie, tellement c’était long, et le faisceau de la lampe frontale servait juste à ne pas se cogner la tête, car le plafond était bas), et c’est fou comme le son voyageait mal. On n’entendait pas les trombes d’eau avant d’être à seulement quelques mètres. On a croisé des gens à un moment, et pareil, on ne s’est remarqués qu’au dernier moment, c’était fou. C’était un moment sacrément fatigant (et froid), mais aussi sympathiquement particulier.

Après le tunnel, la rando commençait toutefois à devenir un peu longuette. Surtout avec le manque de sommeil, j’avais mal au crâne et je n’arrivais pas à profiter comme il se doit des beaux paysages montagneux.

Finalement, on arrive au bout, même si ce n’était pas très clair que c’était le bout. Voilà la rivière, avec un petit barrage et de beaux rochers. On retrouve un couple de Français qui logeait aussi à Solar da Bica et on discute un petit moment. Puis on se pose pour manger des fruits, histoire de reprendre des forces pour effectuer le retour.

Le retour était laborieux, car on était épuisés. J’avais l’impression finalement de marcher en mode automatique, comme si j’avais une mission et que mon cerveau se répétait simplement qu’il fallait continuer d’avancer. Il y a quand même eu de chouettes moments, notamment quand on a revu un pigeon trocaz et des roitelets, et aussi les régulières visites de pinsons des arbres, qui s’envolaient du chemin à notre arrivée.

C’était quand même une très chouette rando, d’environ 26 km aller-retour (30 km selon les panneaux le long du sentier), qu’on a engloutie en sept heures. Les paysages sont beaux, mais c’est une balade que je recommande de faire quand on n’est pas déjà exténués en se levant le matin. ^^’

On s’est requinqués le soir en allant se détendre dans la piscine chauffée de l’agro-tourisme puis avec un repas super délicieux et copieux dans un petit resto du front de mer de São Vicente.

A lundi prochain pour la suite de la rétrospective! 😉

Madeira19#4 Vers les nuages du Nord

Bonjour à tous!
Aujourd’hui, avec la rétrospective de Madère, je vous emmène dans les belles forêts humides enveloppées de nuages du nord de l’île. C’est là qu’on a fait nos premières levadas, les bisses locaux, qui servent donc à conduire l’eau des montagnes jusqu’aux terres cultivées. Eh oui, car il n’y a pas franchement de réservoirs d’eau douce à Madère, surtout dans le sud, par contre il pleut beaucoup dans le nord, et ces petits canaux ingénieux permettent donc de récupérer toute cette eau. Et de nos jours, ces levadas servent aussi de superbes balades le long des montagnes.

Vue sur Penha de Águia

Après notre balade à la Ponta de São Lourenço, nous avons roulé direction le nord, en empruntant le col de Portela. En un instant, les paysages ont complètement changé. Après les falaises arides du cap de l’est, place à des forêts luxuriantes recouvrant des montagnes pointues finissant abruptement dans la mer, avec des maisons disséminées un peu partout. En débouchant sur la côte nord, on découvre un impressionnant promontoire rocheux de quasi 600 mètres de haut: Penha de Águia.

Le bord de mer à Porto da Cruz

On a pris un café sur une terrasse de Porto da Cruz avant de continuer notre route le long de la superbe côte. On a emprunté plusieurs petites routes désertes et pentues, alors que le temps se couvrait et que le vent se levait.

En fin d’après-midi, on est arrivés à São Vicente, notre point de chute pour trois nuits. Caché dans une petite vallée proche de la mer, São Vicente est connu pour ses grottes, dont je vous parlais dans un autre article. On a choisi d’y rester car on avait entendu parler d’une très chouette maison d’hôtes type agro-tourisme, Solar da Bica. Eh bien on n’a pas regretté, c’était effectivement super bien!

Le lendemain, les choses sérieuses commencent! 🙂
Après un délicieux petit-déjeuner du terroir, on roule sous la pluie jusqu’au parc des Queimadas, au coeur de la forêt Laurisilva, classée au patrimoine mondial. On rejoint toutes les autres Renault Clio dans le parking bien rempli (c’était LA voiture de location de tous les touristes, toujours la même Renault Clio grise ^^), puis on commence la magnifique Levada do Caldeirão Verde.

Arbres tordus recouverts de lichens et mousses, fougères splendides, petits poissons nageant dans l’eau de la levada, passages vertigineux, grottes et cascades,… c’était vraiment beau. L’élément dominant était clairement l’eau. Il y en avait partout: dans la levada (as it should be), dégoulinant des parois, tombant du ciel (on a eu droit à pas mal de pluie) et aussi sur le chemin, bien boueux.

C’était tellement incroyablement vert. Des plantes poussaient partout, même dans les pentes hyper raides. Plus on s’enfonçait dans la vallée, plus les vues sur les montagnes voisines étaient impressionnantes, dans une atmosphère mystique accentuée par tous les nuages.

Trouvez José au milieu de tout ce vert

Très vite, on rencontre nos premiers pinsons des arbres de Madère, une sous-espèce de ceux qu’on trouve chez nous. Ils étaient vraiment trop choux, à sautiller sur le sentier. Souvent, au détour d’un virage, on tombait sur un petit groupe qui s’envolait à notre approche.

On n’était pas tout seuls, mais ce n’était pas plus gênant que ça, sauf quand on croisait d’immenses groupes guidés. Le seul moyen de croiser: mettre une jambe de chaque côté de la levada pour libérer de la place sur le sentier, bien étroit. Cette technique fonctionne très bien… à condition que les gens jouent le jeu. On a observé quelques altercations entre des marcheurs, quand personne ne voulait se mettre sur le côté. Une touriste allemande qu’on a croisée plusieurs fois avait l’air bien pressé et forçait systématiquement le passage. Bref… A part ça, l’ambiance était le plus souvent sympa et cordiale, heureusement!

Il y avait vraiment des cascades dans tous les coins, et je me croyais parfois dans la jungle, voire dans “Avatar”. Avec la brume, les sommets environnants étaient le plus souvent dissimulés, mais parfois des pans de montagnes apparaissaient, avec l’air de flotter au milieu de la vallée.

Les arbres poussaient tellement dans tous les sens qu’en triant les photos, j’avais parfois de la peine à savoir si c’était une image verticale ou horizontale, haha.

Souvent, le sentier ne consistait qu’en un petit muret. Les barrières ont été ajoutées plus récemment, pour sécuriser un peu le tout, mais on voyait régulièrement des tronçons effondrés, ça foutait un peu les jetons. Durant la marche, on imagine vraiment bien le défi qu’a dû représenter la construction de ces levadas, dès la seconde moitié du XVe siècle (source: notre compagnon Le Routard). Ça doit aussi demander un sacré entretien, surtout vu la pression touristique.

La variété de mousses et lichens était magique! J’ai souvent pensé à Genna, une amie américaine rencontrée à Aberdeen, qui s’extasiait toujours devant les tapis moussus des montagnes écossaises.

On a dû traverser quelques tunnels (d’où l’importance de ne pas oublier sa lampe frontale quand on va à Madère, et de vérifier que les piles ne sont pas à plat ^^), mais vraiment courts par rapport à ceux qu’on a empruntés durant les jours suivants.

On a admiré un faucon en plein piqué, c’était magnifique. Quelle maîtrise dans les airs! En plus, je viens de finir le livre H is for Hawk, d’Helen Macdonald, donc mon admiration pour les rapaces est encore montée d’un cran.

En approchant de la fin de la levada, la pluie s’invite avec un peu plus de force. On atteint finalement la haute cascade qui marque l’arrivée et coule dans un mini lac qui se transforme en rivière, avec plein d’énormes rochers moussus partout. On ne s’est pas attardés au pied de la cascade, en partie à cause de la pluie mais surtout en voyant les marques d’un gros éboulement récent qui n’inspiraient pas confiance.

Après la cascade, c’est le moment de faire demi-tour pour retourner au début de la marche. Eh oui, à Madère, énormément de randos ne forment pas des boucles, donc on a dû faire beaucoup d’allers-retours, ce qui pouvait être parfois un peu fatiguant et redondant.
De retour au parking, on avale un bon muffin et un bolo de arroz et on reprend la route. On a déjà 13 km dans les pattes, mais on ne s’arrête pas là. On rejoint un autre coin de la Laurisilva pour notre deuxième marche du jour: la Levada do Rei

La marche commence dans une plantation d’eucalyptus, donc on en prend plein les narines. On s’attend presque à voir un koala débouler, haha. Mais à la place, on a le grand plaisir de voir nos premiers roitelets de Madère! Endémique de l’île, cette espèce est très proche de notre roitelet à triple bandeau. Et donc absolument vraiment beaucoup trop adorable! 🙂

Il y en avait plein dans le même arbre, et ils bougeaient dans tous les sens en chantant à tue-tête. On les a observés un bon moment, tout contents, jusqu’à ce qu’ils s’envolent d’un coup à l’approche d’un autre couple de touristes.

Au fil de la levada, la forêt est devenue de plus en plus impressionnante, avec des lauriers tortueux absolument magnifiques. On a aussi eu droit à de jolies vues sur des villages proches de la côte. Et comme d’habitude, des fougères, plein de fougères!

La balade s’est terminée vers de petites chutes d’eau où on a mangé une pomme, entourés d’une flopée de jolis pinsons. Puis on a de nouveau fait demi-tour, ajoutant 10 km de plus à notre compteur.

On a mangé sur la route du retour avant de s’effondrer dans notre lit, bien fatigués par nos 23 km à pied de la journée. On était prêts à dormir à 21h, mais finalement on s’est dit que c’était un peu tôt… Résultat: on a éteint la lumière à 00:39, quand j’ai fini de relire Harry Potter 4. ^^’

Et voilà, c’est fini pour aujourd’hui. Tchao et à lundi prochain pour la suite (je le sais car l’article est déjà programmé, héhé)! 🙂

Madeira19#2 Un monde de fleurs

Hello! Ou plutôt, Bom dia, car on continue aujourd’hui avec notre visite de Funchal!
Pour notre deuxième jour entier dans la capitale madérienne, on a décidé d’aller voir le fameux jardin botanique, qui n’est en fait pas à Funchal mais à Monte, dans les collines. Alors ni une, ni deux, on saute dans une télécabine (au prix carrément exorbitant, j’espère qu’il y a des tarifs préférentiels pour les locaux…) et on admire la vue en prenant de la hauteur.

En chemin, on voit bien tous les toits de brique de la ville, les petites terrasses, les ruelles pentues,… On a même droit à un peu de street art, avec une magnifique baleine nageant sur la façade d’une bâtiment.

La baleine 🙂

On doit prendre une seconde télécabine depuis Monte pour rejoindre le jardin botanique, et durant ce trajet on voit des moutons dans un pré hyper raide et… des faucons! On était tout contents, héhé.

Un bateau de croisière au loin, dans le port

Puis on commence la visite du jardin botanique, plutôt grand (et pentu, c’est un peu le leitmotiv de Madère), alors préparez-vous à une avalanche de photos de fleurs et plantes en tous genres!

Il y a plein de thèmes différents: plantes vasculaires, cactus, “jardin géométrique”, jardin d’Alice au pays des Merveilles (pas son nom officiel, mais c’est ce que ça m’inspirait, avec des arbres taillés dans des formes originales), forêt de palmiers, serre d’orchidées, plantes cultivées, etc. On visite même une petite expo un peu glauque dans une maison: animaux empaillés très vieux (dont des mammifères marins, ça faisait bizarre), bouts de coraux dans des bocaux, c’était un poil creepy. ^^ On est vite sortis pour profiter de l’extérieur, bien plus beau et serein. 😉

Et on a aussi bu un jus d’orange fraîchement pressé en admirant la vue. Le jus d’orange de Madère était vraiment incroyablement bon. Pourtant, on n’a pas franchement vu d’orangers, donc si ça se trouve, c’était des oranges du Portugal (enfin du mainland, on se comprend). Quoiqu’il en soit, c’est sur cette belle île que j’ai bu les meilleurs jus de fruits de ma vie!

Une petite grenouille sur son trône végétal

On a croisé pas mal de chats, qui se doraient au soleil ou faisaient la sieste à l’ombre, héhé.

Toutes ces couleurs, ces formes, c’était vraiment beau.

On a aussi vu une maison traditionnelle avec toit de chaume. Au début, j’étais surprise, je n’avais pas du tout imaginé trouver des toits de chaume ici (bon, pour être honnête, je ne connaissais rien de Madère et n’avais aucune idée de ce qu’on allait rencontrer sur notre route!). Mais effectivement, on en va plusieurs, surtout dans la région de Santana, dans le nord-est de l’île.

José dans le coin des plantes cultivées.

Dans un coin du parc, on a revu un beau faucon! Il s’agit sans doute d’une sous-espèce de faucon crécerelle endémique à Madère et aux Canaries, plutôt commune.

On a pu l’observer un bon moment sur sa branche, avant qu’il ne s’envole à l’arrivée d’un groupe de visiteurs
Vue sur la voie rapide

C’est aussi dans ce jardin botanique que j’ai vu ma toute première libellule de la saison! Il s’agit peut-être de Sympetrum nigrifemur, le Sympétrum strié de Macronésie, une sous-espèce de S. striolatum.

Mon premier sympétrum de l’année!

Et juste avant de partir, alors qu’on avait emprunté un petit sentier tout isolé au milieu des arbustes, on a fait une rencontre trop choue: des petits oiseaux blottis sur une branche. J’ai d’abord repéré la mère, puis les deux adorables petits.

Un parent passereau non identifié
🙂

Et voilà, c’est fini pour aujourd’hui, et pour notre premier séjour à Funchal! On a passé le reste de l’après-midi à traîner tranquillement, on a super bien mangé le soir, puis le lendemain on est allés à l’aéroport pour prendre une voiture de location et partir à la découverte du reste de l’île!
La suite bientôt 🙂

Scot18#8 Staffa, splendeur basaltique

Hello!
Retour en Ecosse pour une petite excursion sur Staffa, une île inhabitée (enfin, sauf par des oiseaux, des mammifères marins, une myriade de plantes,…) située à 10 km de Mull et 9 d’Iona.

Des cormorans sur leur rocher

Depuis Lunga, le trajet en bateau était rapide. Très vite, on aperçoit la fameuse Grotte de Fingal, découverte en 1772 et nommée d’après le géant irlandais Fionn mac Cumhaill (ou Finn).

Staffa

D’après la légende irlandaise, c’est le géant Fionn qui serait à l’origine des impressionnants piliers de basalte qu’on trouve en Irlande du Nord et dans les Hébrides. Il voulait se créer un passage pour aller d’un pays à l’autre sans se mouiller les pieds, d’où le nom de Chaussée des Géants. Seulement voilà, Fionn avait peur de l’arrivée d’un autre géant beaucoup plus badass, Benandonner. Il s’est donc déguisé en bébé pour intimider l’arrivant: ainsi, ce dernier a pensé que Fionn devait être immense, vu la taille déjà gigantesque du “bébé”. Désormais effrayé à l’idée de combattre Fionn, Benandonner a fui en détruisant la Chaussée pour ne pas être suivi. Et voilà, c’est pour ça qu’il ne reste aujourd’hui que les deux extrémités de la Chaussée, vers Bushmills, en Irlande du Nord, et à Staffa.

L’entrée de Fingal’s cave

L’autre explication, géologique, place la formation de ces colonnes de pierre il y a environ 60 millions d’années. Des écoulements successifs de lave en seraient à l’origine: en entrant en contact avec l’eau de mer, la lave s’est solidifiée et cristallisée. La roche nouvellement formée, sous pression, a ensuite pris la forme de polygones plus ou moins hexagonaux.

Bref, retournons à l’été 2018. Une fois accostés, on était libres de faire ce qu’on voulait pendant une ou deux heures. Il y avait beaucoup de monde à l’entrée de la grotte, donc j’ai suivi le conseil du couple allemand et je suis plutôt allée faire le tour de l’île.

Les colonnes de basalte étaient vraiment impressionnantes, tout autant qu’en Irlande du Nord. Apparemment, on en trouve aussi sur Ulva, il faudra vraiment que j’y aille un jour.

Ulva en arrière-plan!

Le nom de Staffa vient du vieux norrois (Old Norse, du vieux norvégien parlé par les vikings) et signifie “l’île aux piliers” (d’après Wiki). Sur Skye, il y a un coin qui s’appelle Staffin, “the place of pillars”, aussi du fait des formations basaltiques. On y était avec José en 2016, c’est vraiment un endroit magnifique, proche du Old Man of Storr et du Quiraing.

Wikipédia m’a aussi appris un truc étonnant: au bord du lac de Zurich, il y a un village nommé Stäfa, et c’est un moine d’Iona qui l’a baptisé ainsi en l’honneur de Staffa. Bref, le monde est petit!

Vue sur les Treshnish isles, au fond

Depuis le sommet des falaises, je sentais (et j’entendais, surtout) toute la puissance des vagues qui venaient s’écraser sur les rochers en contrebas. C’était vraiment impressionnant. Le vent, la solitude, la liberté. Je me sentais tellement bien, sur cette île, avec la vue sur Mull et l’horizon.

J’ai marché sur le plateau herbeux, en empruntant parfois des sentiers qui descendaient jusqu’à des petites plages de galets. Tout au bout, surprise, je trouve quelques puffins! Beaucoup moins que sur Lunga, mais tout de même quelques petites dizaines. A un moment, plein de macareux se sont envolés en même temps, c’était superbe!

Un beau cormoran en vol qui m’a offert un beau spectacle, avec Mull en arrière-plan
Le bateau de Staffa tours, qui attendait un peu en retrait avant de revenir nous chercher

Puis c’était l’heure de retourner à l’embarcadère, et de retrouver “mes” Allemands. Sur le bateau, surprise, il y avait aussi une Genevoise vivant à Soleure! Vraiment, le monde est petit.

En attendant quelques minutes de pouvoir monter sur le bateau, j’ai aperçu une méduse au milieu des algues, l’une des espèces que j’avais déjà vues à Ron Mara en faisant du canoë.

La méduse

Puis, retour à Iona! En chemin, on recroise un banc de dauphins, yihaa!

Une fois sur l’île, je décide de visiter l’abbaye avant de rentrer à l’auberge. J’y étais déjà allée en 2011, mais ça avait bien changé depuis, il y avait même un nouveau musée super bien fait. J’ai passé du temps à admirer les motifs qui figurent sur les piliers du cloître. Ils sont tous différents, mais classés par thèmes. D’un côté il n’y a que des plantes, de l’autre des oiseaux.

J’ai aussi appris un truc bien sympa: pour ceux qui dorment sur l’île, le billet de l’abbaye est valable deux jours, pour le même prix! Je n’en ai pas vraiment profité puisque je partais le lendemain avant l’ouverture de l’abbaye, mais j’aime bien le concept.

J’étais bien contente de retourner à l’auberge, de manger avec mes “colocs” allemands, puis de me doucher et de me poser dans mon lit tout douillet pour regarder les centaines de photos de puffins prises dans la journée. Puis on a remarqué une superbe lumière. Les Allemands (tous deux photographes) étaient trop crevés pour ressortir, mais j’étais curieuse donc je suis sortie seule, à pied nus, pour aller admirer le coucher de soleil depuis la plage!

Le lendemain, c’est le jour de mon départ d’Iona. Avant de quitter l’hostel, je décide d’aller voir une petite plage du nord-est où je n’étais pas encore allée. En chemin, je croise plein de moutons qui se réveillent gentiment. Et une fois sur la plage, je découvre plein d’empreintes animales de toutes sortes (dont pas mal de chiens, j’avoue).

Mais je tombe aussi sur des traces d’animaux sauvages, non identifiés.

Puis c’est l’heure d’aller chercher mon sac et d’aller prendre le ferry direction Fionnphort. Ce jour-là, j’ai repris le bus direction Lochdon, juste avant Craignure, pour rejoindre mon deuxième WWOOFing des vacances, dont je vous parlerai dans les prochains articles!

Allez, en attendant, voilà encore trois photos de mon petit Lumix que je ne savais pas où caser: les dessins des toilettes de l’hostel, et moi à la plage lors de ma baignade bien fraîche! 😉

Et je vous laisse avec une chanson de Tide Lines: Far Side of the World. Je n’arrête pas d’écouter les chansons de ce groupe en ce moment. Je les ai vus live à Aberdeen en décembre 2016, et j’ai hâte de pouvoir retourner à un de leurs concerts. Leur musique me rend tellement nostalgique de l’Ecosse…
See you soon!

“I want to feel the breeze of the Hebrides
On the far side of the world”

Vie aquatique

Bonjour!
Aujourd’hui, j’interromps la rétrospective écossaise pour vous parler d’un sujet bien plus d’actualité dans ma vie (quoique l’Ecosse, avec moi, c’est toujours plus ou moins actuel ^^). Préparez-vous pour une overdose de… libellules! Eh oui, mon mémoire de master virevolte autour des Odonates, et j’ai vécu mon premier terrain les 6 et 7 mai dernier. Il y avait plus de vent que ce qu’on aurait voulu et c’était encore un peu tôt dans la saison pour les espèces de milieux courants, mais j’ai quand même passé deux superbes journées!

Petite photo de la bucolique lône Chantemerle, prise avec mon natel.

J’ai observé mes premiers Pyrrhosoma nymphula (de belles demoiselles rouges, au nom commun trop stylé de Petite nymphe au corps de feu), des Coenagrion puella, des Ishnura elegans et possiblement une superbe Aeshne printanière (Brachytron pratense, pas facile à identifier étant donné la vitesse sidérante à laquelle ça vole, en changeant constamment de direction et sans jamais se poser à vue — faut d’ailleurs que je m’entraîne au maniement du filet à papillons). Il y avait peut-être peu d’espèces, mais l’abondance était parfois étonnante! Un matin, en marchant dans des hautes herbes pas loin d’un des sites d’étude, il y avait des dizaines et des dizaines de Coenagrion puella et Pyrrhosoma nymphula qui s’envolaient à notre passage, c’était magique! J’ai vu des Zygoptères à peine émergés, faisant sécher leurs ailes translucides, leurs exuvies juste à côté. J’ai vu une larve de Pyrrhosoma nymphula qui grimpait le long d’un carex, cherchant son spot pour son ultime mue. J’ai vu plein de demoiselles voler en tandem et pondre à la surface de l’eau. J’ai vu d’immenses aeshnes patrouiller à toute vitesse.

Mais j’ai aussi vu des martins-pêcheurs, des aigrettes, des hérons, des milans, des cygnes et tant d’autres oiseaux, des traces de sangliers dans la boue, des troncs rongés par des castors, des moucherons volant par centaines à la surface de l’eau, des abeilles sauvages butinant au milieu des fleurs (et des renouées du Japon, qui envahissent tout le coin)… Bref, deux belles journées à marcher dans les bois pour rejoindre les lônes (nom donné aux bras secondaires du Rhône), à pagayer (on a un petit bateau gonflable, génial pour observer la rivière au plus près dans les coins profonds), à m’enfoncer dans la vase avec mes cuissardes géniales, à m’émerveiller devant cette fascinante nature.

Le bateau à Chantemerle (photo natel)

Bref, le seul truc qui me manquait, c’est que je n’avais même pas sorti l’appareil photo (ça commençait à faire beaucoup de trucs autour du cou et dans les mains, entre le filet, les jumelles, le guide d’identification, les fiches pour les relevés…)! Mais je m’étais promis que ce n’était que partie remise et que j’allais prendre le temps d’aller photographier des libellules à un autre moment, à Genève comme à Belley (mon site d’étude, en France). Mais voilà, entre la pluie suivie des longues journées de bise, il n’y avait pas exactement des conditions appropriées… Jusqu’à hier!

Le soleil brillant dans un ciel dégagé et les arbres ayant retrouvé leur position habituelle verticale (avec la bise, le mélèze devant chez moi était plutôt oblique ces derniers jours ^^), José et moi sommes allés nous promener au Bois des Mouilles, armés de nos objectifs. Jackpot! On a passé une magnifique après-midi et on a pu observer plein de trucs autour de cet étang plein de vie!

Couple de Sympecma fusca (leste brun)

En arrivant au bord de l’étang, on repère rapidement nos premières demoiselles. Des couples de Sympecma fusca, Coenagrion puella et Coenagrion pulchellum virevoltent un peu partout. C’est parti pour plein de photos!

Mâle de Coenagrion puella (agrion jouvencelle)
Couple de Coenagrion pulchellum

Il y avait beaucoup de couples occupés à pondre, c’était super chouette à observer. Je suis particulièrement fière de la photo de lestes bruns ci-dessous: j’étais si proche que je n’ai pas eu besoin de la recadrer, et on voit un peu les jolies teintes bleues des yeux du mâle (si jamais, les photos sont censées s’agrandir si on clique dessus).

Couple de Sympecma fusca, avec la femelle en train de pondre

Tout à coup, une énorme libellule file devant nos yeux. En un éclair, elle a fait trois allers-retours devant nous avant de disparaître. J’ai à peine eu le temps de discerner des flashes de bleu et vert. Une aeshne! Mais laquelle? Aux aguets, on scrute l’étang en attendant son retour. Une autre libellule ne tarde pas à démontrer ses prouesses aériennes. Mais cette fois, j’aperçois un flash vert métallique. C’en est une autre!

On essaie de prendre des photos pour tenter de les identifier, mais il y a beaucoup d’essais ratés. Voilà ce que ça donne, haha:

Heureusement, la libellule aux teintes métalliques affectionne le vol stationnaire, ce qui nous aide grandement. On parvient finalement à “réussir” quelques photos. Après réflexion, il me semble bien que nous avons affaire à Cordulia aenea, avec son thorax vert métallique, ses yeux verts et son abdomen dilaté en massue (qui se remarque mieux vu du dessus):

Une probable cordulie bronzée

Pour l’aeshne, ça prend plus de temps. Le vol stationnaire, elle n’a pas l’air de connaître. Finalement, par je ne sais quel miracle, j’arrive à la capturer sur quelques clichés flous!

Cette tache floue est une aeshne!

C’est seulement en rentrant à la maison que j’ai remarqué que j’avais une photo presque réussie, avec assez de détails pour décider qu’il s’agit d’un mâle de Brachytron pratense, l’aeshne printanière!

Brachytron pratense, qui m’a donné du fil à retordre!

Après avoir passé un bon moment sur les pontons, on a fait tout le tour de l’étang comme à notre habitude. On a croisé en chemin plein de lézards verts et quelques grenouilles (qu’on a plus entendues que vues). Un héron cendré et des milans noirs nous ont survolés, et on aussi pu admirer avec plaisir des petites familles à plumes!

Il n’y a pas à dire, les canetons de colvert, c’est vraiment hyper chou.

Une famille de foulques

Mais ma mission première, ça restait nos amies les libellules! Je scrutais donc chaque nénuphar et perchoir potentiel, à la recherche de créatures graciles et allongées.

Et sur un nénuphar, au loin, j’ai aperçu encore une autre espèce: Erythromma najas, la Naïade aux yeux rouges. Le challenge si vous l’acceptez: la trouver sur la photo ci-dessous! 😉 (C’est pas compliqué)

Erythromma najas qui bronze au soleil

Et bien entendu, pendant toute la balade, j’ai encore pris beaucoup trop d’autres photos de Zygoptères et de nénuphars… 🙂

J’ai passé pas mal de temps à mitrailler un couple de Coenagrion puella en train de pondre au milieu des plantes aquatiques. Je ne vous dis pas le boulot pour trier les photos en rentrant… ^^’

Le seul truc dommage, c’est que les meilleures plages horaires pour observer les libellules ne correspondent pas exactement aux lumières les plus douces. Mon prochain défi, ce sera d’essayer d’en photographier au lever du jour, avant leur réveil…

Agrion femelle
C. puella en vol, avec reflet 🙂

Un peu à l’écart, au milieu des herbes, on a croisé un joli petit insecte au croisement entre un papillon et une libellule. Après une rapide recherche Google, il me semble bien qu’il s’agit d’un Ascalaphe soufré (Libelloides coccajus). Je le trouve vraiment beau, avec ses longues antennes et ses taches jaunes!

Ascalaphe soufré (probablement)

Toutes les photos de la journée ont été prises avec mon nouvel objectif macro Sigma 150 mm, acheté spécialement pour les libellules! Je l’ai depuis Noël (merci Pépé!) mais n’avais quasi pas eu le temps de l’utiliser à cause de mon emploi du temps surchargé. Je l’ai testé pour la première fois le jour de mon anni, lors d’une fraîche et pluvieuse journée de mars. Je ne pense pas que j’aurai l’occasion d’en faire un article entier, donc je vous mets quelques photos ici. J’adore aussi cette ambiance totalement différente. 🙂

Et voilà, cet article est enfin fini!
Dès le prochain, retour en Ecosse! 🙂

Scot18#7 Lunga, l’île aux oiseaux

Hello! C’est parti pour la suite de mon escapade sur Iona et ses îles voisines.
Après une très bonne première nuit au bout du monde (enfin, à Lagandorain), je me suis réveillée super motivée pour… Puffin day! Eh oui, c’était le jour de mon excursion dans les Treshnish Isles. Le couple d’Allemands partageant ma chambre à l’hostel faisait aussi partie de l’aventure (ils adorent les macareux, ils en étaient déjà à leur deuxième excursion spécial macareux de leurs vacances), mais je suis partie plus tôt de l’auberge car je voulais jeter un coup d’oeil aux alentours et m’acheter un pique-nique.

En chemin, je croise plein de moutons qui se réveillent gentiment sous un ciel grisouille.

Je ne croise pas d’âme humaine jusqu’au village. C’est fou comme c’est calme le matin avant l’arrivée du premier ferry. Bon, une fois au village, il n’y avait pas grand monde non plus, et c’est là que j’ai découvert que l’épicerie de l’île n’ouvrait pas avant 9h30, donc après mon départ en bateau. Pour midi, j’allais donc me contenter de digestifs au chocolat noir, haha.

Peu avant 9h, je retrouve le couple d’Allemands à l’embarcadère. On embarque dans un bateau de Staffa Tours, qui nous emmène d’abord à Fionnphort pour récupérer d’autres passagers, avant de partir en mer, direction les Treshnish isles! 🙂

Après une dizaine de minutes, une bonne suprise nous remplit de joie: des bottlenose dolphins! 😀
La joyeuse troupe de grands dauphins nous accompagne un petit moment avant de s’en aller. C’était vraiment incroyable. A chaque fois que je vois des dauphins, c’est pareil: j’ai l’impression que c’est la première fois et que c’est absolument extraordinaire!

Une autre créature impressionnante qui erre dans ses eaux en été, c’est le requin pèlerin, ou basking shark, le second plus grand poisson après le requin-baleine. Il se nourrit de plancton en ouvrant son énooorme bouche et en nageant lentement. Je n’en ai pas encore vu en vrai, mais les images du documentaire de la BBC Hebrides: Islands on the Edge donnent une bonne idée du gigantisme et de la force tranquille de ce requin

Dauphin proche d’Iona

Pendant le trajet en bateau, j’ai aussi vu mes tout premiers macareux! J’ai d’abord remarqué quelques guillemots qui volaient, puis des petits oiseaux bouboules à l’allure maladroite, qui flottaient dans le creux des vagues ou voletaient: des puffins!! 😀 Autant dire qu’entre les dauhins et des macareux avant même de poser les pieds sur Lunga, j’étais déjà extrêmement satisfaite de ma journée. 🙂

Puis on a débarqué sur Lunga, la plus grande des Treshnish Isles. L’arrivée en bateau était marrante: puisqu’il n’y a pas de véritable débarcadère, il y a des genres de passerelles flottantes dans l’eau proche de la berge. Le bateau s’accroche dont à l’une des passerelles et la pousse jusqu’à la plage de cailloux. Je n’avais jamais vu ça, héhé!

Une fois à terre, on grimpe un petit sentier jusqu’au sommet de la falaise, puis il n’y a pas à chercher longtemps: partout sur les côtés, des terriers de macareux et leurs locataires estivaux. A notre approche, certains prennent peur et se cachent, mais reviennent pointer le bout de leur bec après même pas deux minutes, puis continuent de vaquer à leurs occupations. Au milieu des macareux, j’aperçois quelques razorbills (Alca torda: petits pingouins ou pingouins tordas en français), à la figure si élégante. C’est vraiment des oiseaux super beaux, avec leur fine ligne blanche sur le bec.

Razorbill

Je décide d’emprunter le sentier qui longe la falaise pour voir d’autres coins de l’île, mais je ne progresse pas vite: je suis sans cesse joyeusement détournée par un macareux tout proche aménageant son nid, des atterrissages parfois maladroits, des petits pingouins flânant au soleil et même des jeunes cormorans qui prennent le soleil devant leur nid-caverne.

Plus j’avance sur le chemin, plus je vois d’oiseaux. Au milieu des macareux, je croise mes premiers guillemots, eux aussi magnifiques, avec leur ligne blanche près de l’oeil. Ce que je ne savais pas encore, c’est que les guillemots représentent l’espèce la plus nombreuse du coin. Autour de Lunga, il y a plein d’autres petites îles et de gros rochers. C’est sur une énorme masse rocheuse que vit une colonie de guillemots. Avant de la voir, on l’entend – et on la sent!

Mon premier guillemot, seul avec quelques macareux

Puis le rocher apparaît, recouvert de points noirs: des centaines et des centaines de guillemots, jeunes et adultes.

Je continue ma route, accompagnée par les cris de guillemots et les macareux qui s’activent sur le bas-côté.

Puis soudain, le paysage change complètement: je fais face à un plateau bien plus bas de l’île. Je suis au sommet d’une petite colline, avec une vue bien dégagée sur les alentours, et c’est là que je décide de manger quelques délicieux digestifs aux chocolats noirs. 🙂

Puis je retourne du côté de l’embarcadère de fortune en passant par un autre sentier, qui traverse le milieu de l’île. On avait environ 2h30 sur l’île, il me semble, et je n’ai pas vu le temps filer!

Lotissement pour macareux avec vue sur la mer 🙂

On est remontés sur le bateau et on est partis en direction de notre deuxième destination du jour: Staffa! Mais ça, ce sera pour le prochain article! 😉

Scot18#5 Ron Mara, suite et fin

Bonjour!
Aujourd’hui, je vous présente les dernières photos et anecdotes de Ron Mara. J’ai étalé un peu tous les trucs que je voulais aborder avant de clore ce chapitre, donc c’est assez hétéroclite. 😉

L’un des deux alpagas donnant son nom à l’arrêt de bus inofficiel “Alpaca stop”

Durant mon temps à Ron Mara, je pensais souvent au bonheur que ça représente d’habiter dans un lieu si beau, au sommet de la colline, avec une telle vue sur la mer et les îles. Ça m’a rappelé mon semestre à Aberdeen, où je pensais chaque jour à quel point Old Aberdeen et le campus étaient beaux, et comme ça me donnait beaucoup plus envie d’aller à l’Uni.

J’ai aussi appris tellement de choses auprès d’Ed et Carina. J’avais l’impression de me nourrir autant de leur riche expérience que de la joie d’avoir les mains dans la terre, de travailler dehors sans m’énerver devant un ordi.

La vue sur la maison depuis le jardin, avec Broody, une poule qui voulait toujours couver — pas facile d’aller récupérer ses oeufs, il fallait être tenace!

A Ron Mara, j’ai aussi super bien mangé! On préparait des bons repas avec les produits du jardin: choux-fleurs, courgettes, fraises, myrtilles, salade, chard, broccoli, tomates,… J’adorais aller me promener dans le jardin pour cueillir des ingrédients pour le petit-déjeuner ou les repas, et décider du plat à ce moment-là. Une fois, on a même fait un délicieux pesto à base de capucines, ces jolies petites fleurs orange.

Des capucines du jardin
Une des orchidées sauvages du jardin

Le jardin n’avait bien sûr pas simplement pour but de faire pousser des choses à manger. C’était un hotspot local de biodiversité incroyable, ça bourdonnait et voletait de partout: des papillons, des abeilles, des bourdons, des oiseaux et bien plus! Il y avait tout un coin du jardin non tondu pour laisser la prairie fleurie grouiller de vie, et il y avait également un étang, avec plein d’orchidées sauvages tout autour. Je trouve magique la capacité des espèces végétales comme animales de coloniser un lieu dès que l’habitat leur convient. Ed m’a raconté qu’ils n’ont quasi rien planté autour de l’étang, la végétation s’est fait une place toute seule.

Comme lors de mes précédentes expériences de WWOOFing, j’ai trouvé incroyable la vitesse à laquelle on se sent vite chez soi chez des inconnus, comme on se crée rapidement une sorte de routine même si les journées ne se ressemblent pas: griller des noisettes à mettre dans le müesli, nourrir les poules et aller chercher les oeufs, observer les vaches remonter vers le haut du champ chaque soir, vérifier l’état des filets de protection des courgettes à chaque passage dans le jardin (les poules aimaient particulièrement aller gratter les courgettes avec leurs pattes, et elles étaient assez douées pour libérer des passages entre les petites barrières et filets qui étaient censés protéger les courgettes), ‘nourrir’ les choux au ‘liquid feed’ (un engrais liquide fait maison avec algues et orties), arroser les plantes de la glasshouse/véranda ou encore dévorer les livres de la bibliothèque bien fournie d’Ed et Carina, aux sujets les plus divers: histoire celte, comportement des oiseaux du Royaume-Uni, guide de détermination des coquillages, plantes comestibles et, l’un de mes préférés, un guide pour appréhender et lire le paysage gaélique à travers sa toponymie!

Depuis ma chambre, au premier étage, je pouvais observer tous les jours des voisins hyper mignons: une famille d’hirondelles, qui vivait sous la gouttière. Je devais d’ailleurs faire attention de ne pas ouvrir trop grand les fenêtres, car sinon elles essayaient de rentrer dans la chambre!

La maman hirondelle (deuxième depuis la gauche) entourée de ses petits

Plusieurs fois, nous sommes allés à Tarbert, la petite ville à 30 minutes en voiture au nord de Muasdale où Carina travaille comme médecin. L’occasion de faire les courses, visiter l’église, admirer les ruines du château et prendre un petit café.

Les ruines du château, sur la colline. Apparemment, c’était une place royale très stratégique durant le Moyen-Âge, avec une position pile entre West et East Loch Tarbert.
Le port de Tarbert

Avant de déménager sur leur colline à Ron Mara, Ed et Carina habitaient à Tarbert, à flanc de colline. Ils y ont encore leur maison, qu’ils louent à des amis pour des clopinettes. Ils gardent encore du matos dans la cabane du jardin, et j’y ai passé toute une après-midi à remettre un vélo en état (j’ai changé les plaquettes de frein, en gros). C’était un jour incroyablement ensoleillé et chaud, et j’étais accompagnée dans ma mission par un des chiens des habitants de la maison. Il était super câlin, à se coucher contre moi pour profiter de mon ombre.

L’adorable chien tout doux

Une autre activité que j’ai adoré faire à Ron Mara, c’était tresser les oignons (et l’ail, aussi), une fois séchés au soleil. Ça se passait dans une jolie structure en bois au fond du jardin, avec son toit végétalisé, et plein d’outils à l’intérieur, ainsi que des plans de la propriété épinglés au mur et des plannings de plantation.

Je tressais les oignons pour en faire des ballots et les suspendre au plafond et à une cordelette, pour libérer de l’espace. Chaque soir, j’éminçais aussi une tonne d’oignons — la consommation d’oignons et d’ail par Ed et Carina était impressionnante!

Une autre activité quotidienne était bien sûr d’admirer le coucher du soleil, quelque chose dont personne ne se lassait!

La lumière dorée à travers la fenêtre de la cuisine

Mon départ de Ron Mara a été plutôt chaotique. Je prenais le premier bus du matin, vers 6h, et je me sentais toute nostalgique de partir. Carina m’a déposée en voiture à l’arrêt de bus de Muasdale avant de partir au boulot et, alors que j’attendais le bus, j’ai remarqué que je n’avais pas mon K-way (ma seule veste, donc). J’avais prévu de la porter car de la pluie était annoncée, sauf que finalement il ne pleuvait pas, et je pouvais tout à fait visualiser ma veste violette nonchalamment posée sur la rambarde de l’escalier. Ni une ni deux, j’appelle Ed, qui était encore à Ron Mara. Il me dit alors qu’il arrive avec la veste (ils ont deux voitures électriques), et je commence à implorer les dieux des transports publics pour que le bus soit en retard (en l’occurrence, il l’était déjà au moment où je me suis rendu compte, j’espérais donc qu’il soit encore un peu plus en retard). Zut, je vois le bus qui arrive et je lui fais signe. Au moment où je monte pour lui dire que j’attends un ami qui doit m’apporter un truc, Ed déboule, je cours chercher ma veste et le remercier avant de sauter dans le bus! Oulala, le timing de ouf! Je me suis affalée dans mon siège, soulagée. Le K-way, c’est vaiment le truc à ne pas égarer, surtout avant d’aller dans les Hébrides, haha!

Petit effet avec le mode ‘création’ de l’appareil photo, lors d’une après-midi à la plage

Et voilà, je laissais Ron Mara devenir de plus en plus petit, derrière moi, filant vers le nord de la péninsule. Je suis passée par des routes que j’avais commencé à vraiment bien connaître, à force, et ça me faisait tout bizarre de voir plein d’endroits pour la dernière fois.

J’ai changé de bus à Lochgilphead, où j’avais pas mal de temps avant mon bus pour Oban, et je suis donc allée prendre un moccha dans un café qui venait d’ouvrir, avec une très gentille serveuse qui m’a tapé la causette et, après avoir appris que j’allais à Oban, m’a proposé de lire le Oban Times.
J’étais agréablement surprise de voir qu’une grande majorité des articles avaient trait à l’environnement! Création d’une nouvelle réserve naturelle, fait divers d’hirondelles nichant sur un ferry, évolution des populations locales de sternes,… J’ai aussi trouvé une page spécialement dédiée au shinty, ce sport typiquement écossais qui a des airs de hockey sur gazon. C’était super chouette de lire les news locales, je trouve que ça donne un peu une idée de la vie dans le coin, de ce dont les gens parlent, des préoccupations locales,…

Puis c’était l’heure de mon bus pour Oban — et mon périple n’en était qu’à son début! Une fois à Oban, j’ai mangé et fait les courses avant d’embarquer sur le ferry pour Mull. J’étais tout enthousiaste de retourner enfin sur cette île, où j’étais allée en 2011 lors de mon premier voyage en Ecosse. Mais ce jour-là, je ne faisais que passer. Une fois débarquée à Craignure, j’ai pris le bus pour Fionnphort, tout au sud-ouest de Mull, où j’ai embarqué sur mon ultime ferry de la journée direction Iona. Là encore, une île dont j’avais gardé de très bons souvenirs lors de mon séjour de 2011 — je m’en souviens même super bien car c’était le seul jour où on a vu le soleil plus de cinq minutes d’affilée, haha!

En tirant mon balbuzard à roulettes (mon sac Osprey, donc), j’ai marché jusqu’à la pointe nord d’Iona et sa merveilleuse auberge de Lagandorain — la seule de l’île. Avec un agréable sentiment de bout de monde, j’étais lancée dans la suite de mon voyage.

A la prochaine pour la suite des aventures! 😉

Scot18#3 Wild waters

Bonjour à tous!
Je reprends aujourd’hui le récit de mes épopées aquatiques dans la péninsule du Kintyre.

Gravelot en pleine exploration. Je le suivais des yeux alors qu’il sautillait de rocher en rocher, courait sur le sable mouillé,…

Lors de ma première véritable journée, un samedi, Ed avait une répétition de sa chorale gaélique à Tarbert, et Carina m’a proposé d’aller faire un tour en canoë. Bien entendu, je ne dis jamais non à ça! 😀

Leur canoë est simplement posé dans l’herbe au bord de la plage, j’adore. C’était marée basse, donc on a dû un peu pousser notre embarcation avant de finalement pouvoir pagayer librement. On a parcouru pas mal de kilomètres, le long de la côte, sous un ciel d’abord immensément bleu, avant que les nuages ne viennent se réunir au-dessus des îles.
L’eau était absolument magnifique, à l’allure presque huileuse, et le canoë glissait dessus sans un bruit. Vraiment un beau moment. 🙂

On a vu une quantité folle de méduses! Trois espèces différentes, dont deux complètement inoffensives. Mes préférées étaient des petites méduses avec quatre anneaux roses sur le dessus, qui apparaissaient et disparaissaient sans cesse. On a pagayé au-dessus de superbes forêts de varech, observé de farouches huîtriers pies qui s’envolaient en criant en nous voyant,… On a aussi croisé plein de cormorans qui bronzaient sur leur rocher, mais ce n’est pas tout. On a aussi rencontré la dose de phoques! 🙂

La plupart (des phoques communs, je pense) étaient étalés sur des rochers, mais certains nageaient autour de nous. L’un d’entre eux a commencé à ‘frapper’ l’eau et à faire de gros splashes, je suppose que c’était pour nous intimider ou marquer son territoire. Apparemment, suite à une rapide recherche Google, c’est aussi un comportement qui vise à attirer l’attention des autres phoques. Ça m’a rappelé mon incroyable excursion en kayak de mer à Stewart Island, durant laquelle un jeune lion de mer mâle super curieux était venu nager au milieu de notre groupe, plongeant sous les kayaks et nous tournant autour pendant une bonne vingtaine de minutes!

‘Notre’ lion de mer n’avait pas tenté de grimper sur nos kayaks (heureusement d’ailleurs, car c’est quand même vachement instable, un kayak de mer, donc ça doit être carrément galère, et en plus c’est super impressionnant, un lion de mer de près), mais dans le genre ‘expérience de ouf’, je vous invite à regarder cette vidéo de kayakeurs qui ont rencontré un jeune phoque gris très, très curieux dans le Firth of Forth (dans le coin d’Edimbourg).

On peut voir la tête des phoques au loin, car on gardait une certaine distance. A partir du moment où on les a vus, on a quasi cessé de pagayer.

Il y avait un côté magique et poétique à glisser ainsi sur l’eau, avec toute cette vie tout autour. Et ça m’a fait penser au merveilleux film d’animation irlandais “Song of the Sea”. Si vous ne connaissez pas, je le conseille vivement. C’est une aventure remplie de magie fondée sur des mythes folkloriques du nord de l’Europe (dont les selkies, des phoques qui peuvent se transformer en humains), le tout raconté par des dessins magnifiques et de la musique enchanteresse. Voici quelques images pour vous donner une idée du style (en revanche, je ne recommande pas franchement les bandes-annonces, elles ne font pas justice au film):

D’ailleurs, j’avais moi-même la fibre créative durant mes dernières vacances en Ecosse. J’ai tenu comme d’habitude le fameux carnet de voyage, mais j’ai aussi pris le temps de dessiner, partout: dans le jardin, sur la terrasse (sous les yeux d’une poule curieuse), à la plage,…

Une chouette après-midi passée à peindre à la plage.
Panorama d’A’Chlèit, la plage au pied de la colline, d’où je pouvais suivre le va-et-vient des ferries pour Gigha.
Oystercatcher.
Etrange découverte au détour d’une balade.

Un jour, je suis allée me promener à la plage sous la pluie, avec l’envie de découvrir la partie Nord de la côte. Durant ma marche, je suis tombée sur un impressionnant squelette (ci-dessus). En rentrant, Ed m’a dit qu’il s’agissait sûrement d’un marsouin, qui s’était probablement fait attaquer par un groupe de dauphins mâles! Eh ben!

De temps en temps, des baleines sont aperçues près de la péninsule, même si c’est plutôt rare. Régulièrement, Ed et Carina aident même à la surveillance des échouements de mammifères marins.

Et voilà, plutôt que sur un squelette, je vous laisse à nouveau sur un beau coucher de soleil (j’ai tellement de photos de cette vue au coucher du soleil, je les distille un peu dans chaque article, huhu).

A bientôt pour la suite des photos et anecdotes de mon temps à Ron Mara!
See ya!