Instants d’automne

Bonjour à tous!
Je repousse le premier article de la rétrospective shetlandaise pour partager quelques photos de ce début d’automne.

“Chacun va à sa tâche, responsable d’une part du monde”

Il y a peu, José et moi sommes allés au Vallon de l’Allondon pour voir l’expo “Eaux douces des Alpes” de Rémi Masson, de superbes images prises sous l’eau. Et bien sûr pour se balader!

On n’a pas vu de libellules, mais plein d’oiseaux, de papillons et des drôles de criquets gris aux ailes bleues qui, après recherche Google, semblent être des criquets à ailes bleues (Oedipoda caerulescens, eh oui, qui l’eût cru?!).

Puis, dimanche dernier, José et moi sommes allés à Vallorbe pour visiter les fameuses grottes et aller marcher le long de l’Orbe. Ça faisait un moment qu’on y pensait, et le week-end dernier si ensoleillé était la parfaite occasion de profiter en plus des belles couleurs d’automne.

On ne se sentait pas super en forme les jours précédents, mais on n’a pas regretté de s’être quand même bougés. Le soleil, les feuilles d’automne, l’air frais,…

En approchant des grottes, on retrouve l’Orbe et, surprise, un joli cincle plongeur qui s’active dans l’eau qui court. On l’observe quelques instants avant de poursuivre notre chemin jusqu’à l’entrée (car à l’ombre, loin du soleil, il faisait bien frais).

Puis on a passé plus d’une heure dans les merveilleuses grottes!

On a eu du bol d’être entièrement seuls pendant plus de la moitié de la visite — on ne s’y attendait pas, vu le monde qu’il y avait dans le parking! On a donc pu suivre l’itinéraire tranquillement, à notre rythme, en découvrant au gré des lumières et du petit guide explicatif les nombreuses formations géologiques ornant la grotte du sol au plafond.

Stalactites, stalagmites, fistuleuses, “curtains”, lacs souterrains, l’Orbe qui descend à toute vitesse et bruyamment entre d’énormes blocs rocheux, vaste caverne, gouttes d’eau tombant du plafond,… C’est vraiment une chouette expérience, on s’émerveillait à chaque nouvelle découverte.

Ci-dessous, par exemple, la plus grande fistuleuse de la visite: c’est la concrétion verticale super fine qui descend du plafond, et qu’on voit à peine tellement elle est délicate.

Ou encore le fameux bison de Vallorbe:

Il y a 30’000 ans vivaient ici des ours des cavernes, qui ont disparu lors de la dernière glaciation. Des spéléologues ont retrouvé des ossements, dont un crâne impressionnant qui est exposé vers la sortie.

A un endroit, on trouve également des plaques indiquant la hauteur de certaines crues du siècle dernier, c’est fou! Ça représentait un volume d’eau difficile à imaginer.

A un moment de la visite, on traverse un mini lac qui est régulièrement pompé pour nous permettre d’emprunter la passerelle sans avoir à nager dans l’eau, qui a une température constante toute l’année de 10°C. Et sur les parois de la grotte, on peut voir un “bourrelet” qui indique l’ancien niveau de l’eau, au-dessus de nos têtes.

Le bourrelet indicateur de l’ancien niveau de l’eau

Pour quitter la grotte naturelle et retrouver la lumière du soleil, on emprunte un tunnel qui a été creusé dans la roche et dans lequel se trouvent encore quelques panneaux explicatifs sur la grotte, le travail des spéléologues, les anciens ours des cavernes, etc.
De manière générale, j’ai trouvé la visite très bien faite, avec des lumières qui s’allument sur notre passage pour indiquer des trucs spéciaux à regarder… qu’on aurait sans doute loupés autrement! Parfois, je ne remarquais même pas qu’il y avait des mini lacs avant qu’ils ne soient éclairés… ^^

Des mini fistuleuses cachées dans leur micro grotte personnelle

Enfin, juste avant la sortie, il y a encore une expo de pierres (semi-)précieuses, avec des spécimens magnifiques provenant des quatre coins du monde! Bref, on ne s’est pas ennuyés.

Une fois de retour à l’air libre, on a remarché jusqu’au parking pour rouler ensuite jusqu’au Saut du Day.

L’Orbe pas loin de la sortie de la grotte
Sur le chemin direction le parking

On a pique-niqué au Saut du Day, à côté des petites chutes d’eau, et on a de nouveau eu droit à une chouette surprise: un deuxième cincle plongeur, pas farouche du tout, qui nous a offert un joli spectacle à deux pas de là où on se trouvait! On l’a observé alors qu’il s’affairait dans la rivière, cherchant à manger, plongeant, sautillant, passant de rocher moussu en rocher moussu. Bref, on était super contents d’avoir pu le voir aussi bien.
Puis des chiens sont arrivés, et on a vu le cincle traverser le plan d’eau en volant pour continuer ses activités au milieu des chutes d’eau.

Et nous, une fois repus, on a suivi le cours de l’Orbe jusqu’aux Clées, puis retour.

Le chemin est le plus souvent dans la forêt, bien au-dessus de la rivière qui s’écoule tranquillement dans ses gorges.

Il faisait pas mal sombre, mais ça faisait un bien fou de se dégourdir les jambes et de respirer l’air bien frais.

Dans un coin stagnant, on a même vu une libellule! Malheureusement, elle était bien trop loin, et on avait oublié les jumelles, tss tsss. Mais elle était immense et avait la tête d’une Aeschne.

Tapis de feuilles mortes, teintes orangées, feuilles virevoltant dans le vent,… On sentait bien l’automne, c’était beau.
Arrivés vers Les Clées, on est de nouveau à la même hauteur que la rivière. On s’est posés un petit moment au milieu des rochers moussus et humides pour profiter de la quiétude du lieu, puis on est repartis pour retourner au Saut du Day.

Sur le chemin du retour, on s’est arrêtés cinq minutes en compagnie de deux autres marcheuses pour observer un orpailleur à la recherche d’or, tout en bas au bord de l’eau.

J’ai vite fait concocté une petite vidéo, faite de quelques prises de vues de la rivière et, surtout, du merveilleux petit cincle. 🙂

Lors du retour, on a eu droit au soleil qui perçait la canopée de la forêt et illuminait le sentier. Voici quelques photos du natel de José — car j’avais rangé l’appareil photo, et j’avais la flemme de le ressortir. ^^

Par endroits, on avait l’impression d’être de retour sur une levada de Madère, avec les petits canaux bordant le chemin. Avant de prendre la direction de la maison, on a encore fait un petit crochet par la Vallée de Joux, car on aime bien le Relais de la Truite, une auberge où on avait bu un jour le meilleur chocolat chaud de notre vie, tout droit sorti d’une marmite. Eh bien figurez-vous que c’était plein à craquer, il n’y avait plus une table de libre… donc on est rentrés à Genève, et on reviendra pendant l’hiver, quand il fera vraiment froid et que ce sera le moment de sortir les raquettes! 🙂

Et voilà, c’était pour vous montrer quelques photos récentes, plutôt que de les laisser dormir des mois sur le disque dur — ce qui n’arrive jamais, hum hum…
Au revoir et à bientôt, pour la rétrospective shetlandaise!

Madeira19#10 Baignoire, grotte et traces de boue

Et voilà! Incroyable mais vrai, voici le dernier article de la rétrospective madérienne.
Il me reste à vous montrer les photos du natel de José, essentiellement des selfies. ^^’

Notre ‘suite’ dans l’auberge de jeunesse de Funchal

On commence par quelques photos de notre premier passage à Funchal, et notamment notre incroyable chambre dans l’auberge de jeunesse, avec le beau parquet qui craque et carrément une baignoire à pieds! On n’avait pas eu ça depuis notre B&B de Lochcarron en Ecosse.

La jolie cour/jardin du musée Frederico de Freitas

Et puis on enchaîne avec la première poncha des vacances, non loin de la cathédrale. La poncha, c’est le cocktail typique de Madère. Pas mal, mais pas aussi bon qu’un jus d’orange fraîchement pressé! 😉

Quand on a mal aux pattes en visitant une ville, rien de tel que de se poser dans un parc pour jouer aux cartes! 😉

Dans le resto de l’auberge de jeunesse, on a droit à un peu de poésie sur les sets de table… avec des citations de Robert Louis Stevenson. Décidément, même à Madère, l’Ecosse me poursuit!

Et maintenant, place aux nombreux selfies faits le long des magnifiques levadas, au milieu des forêts et des cascades!

Sous la flotte, avec en plus une cascade en arrière-plan.
Devant les parois fleuries bordant les levadas

Durant notre première levada, celle de Caldeirão Verde, dans le parc des Queimadas, on pataugeait littéralement dans la boue. Et on s’est bien marrés en voyant des gens avec des baskets blanches, prenant tout le soin du monde pour éviter les flaques, avançant à 0.5 km/h. A mon avis, c’est bien illusoire de vouloir faire des randos à Madère sans marcher dans la boue…

L’état de mes pantalons après la Levada do Caldeirão Verde

Puis, lors de la levada da Ribeira da Janela, le fameux passage sous la cascade, qui nous a bien mouillés malgré le ‘toit protecteur’.

Avant
Après
L’ancienne presse dans le salon de l’agrotourisme, à São Vicente

A São Vicente, la visite des grottes aux fameuses “gouttes” de lave solidifiées pendant du plafond:

Sur le bord de mer de Jardim do Mar

Notre mémorable sortie en bateau jusqu’aux Ilhas Desertas:

Avec un passage en dinghy dans une petite grotte de la plus grande des Îles désertes. Ces îles sont criblées de petites grottes, que les phoques moines utilisent comme refuge pour mettre bas!

Une eau turquoise rappelant la Grotta Azzurra de Capri

Au retour de notre journée en mer, tout fatigués sur la terrasse de Joe’s Bar, à Jardim do Mar.

Une cascade, pour changer, au terminus de la levada das 25 Fontes
Les “bad towels” à placer “dans le plancher” ^^ Les perles “Made in Google Translate”
Les vaches de Paúl da Serra

Sous le soleil de plomb lors de notre balade au Pico Ruivo, j’ai prêté mon tour de cou à José pour lui éviter l’insolation. Quel look d’enfer! 😉

Après notre baignade de Prainha

Et enfin, le fameux passage sous la piste de l’aéroport! La première fois, en passant sous ces énormes piliers (avec des courts de tennis et parkings pour bateaux en contrebas), on n’a pas compris qu’on était sous une piste d’avion!

Juste avant de passer sous la piste

Et voilà, Madère 2019, c’est terminé! C’était vraiment de superbes vacances. Je ne savais pas à quoi m’attendre avant d’y aller, je ne me rappelle même plus comment on a choisi cette destination (je sais que j’avais d’abord proposé l’Ecosse, comme d’habitude), mais c’était clairement une très bonne surprise! Les paysages super variés, le choix infini de balades, le temps changeant, les fleurs, la géologie de ouf et les forêts splendides peuplées d’oiseaux en tout genre… C’était super chouette, voilà! 🙂
Bien sûr, ça se sent que plein d’autres gens trouvent ça chouette aussi, et on s’est sentis vachement moins seuls que dans des coins paumés d’Ecosse, par exemple. Mais malgré le monde, on a vraiment pu bien profiter de notre temps sur cette magnifique île!

Maintenant l’automne arrive en Suisse, et il est temps de vous montrer mes dernières photos de libellules de l’année et, surtout, de vous parler de Shetland. Ah, Shetland! Comme j’ai hâte de partager nos aventures et nos photos de cet incroyable archipel! A bientôt! 🙂

Madeira19#5 Ribeira da Janela

Bom dia! Voilà la suite des aventures à Madère — relatées et programmées avant mon départ en Ecosse.

Lors de notre deuxième nuit à São Vicente, on a malheureusement mal dormi et on s’est réveillés vachement fatigués. Qu’à cela ne tienne, on prend la route direction le nord-ouest pour aller petit-déjeuner à Porto Moniz avant notre rando du jour, la Levada da Ribeira da Janela.

Cette levada était décrite par Le Routard comme l’une des plus belles de l’île, notamment pour ses vues sur de magnifiques cultures en terrasses. En fait, on voit seulement des cultures en terrasses au départ de la marche (et depuis la route), mais du coup ça a donné du suspense à la rando. A chaque virage, on s’attendait à tomber sur un village caché… Mais non, haha.

Le sentier était tout d’abord très large et offrait de belles vues sur des rochers dans la mer et le village de Ribeira da Janela. Mais bien vite, on s’est retrouvés au coeur d’imposantes montagnes recouvertes d’une belle forêt dense, avec la rivière en contrebas.

On a revu une tonne de roitelets de Madère, pour notre plus grand bonheur. C’est vraiment incroyable à observer: ils bougent tellement vite, sans rester tranquilles, et il y en avait souvent une dizaine sur le même arbre.

Puis, nouvelle surprise ornithologique: on tombe sur le fameux pigeon trocaz, aussi endémique de l’île. On était trop contents et on est restés un bon moment à l’observer, près de son nid. On s’est fait dépasser par plusieurs marcheurs qui n’ont pas eu l’air de se demander outre mesure pourquoi on s’infligeait un début de torticolis. ^^

Au retour, on a revu un pigeon trocaz, beaucoup mieux et à notre hauteur. Il a des motifs superbes sur le cou, et une belle queue en éventail traversée d’une bande blanche.

Lors des levadas de la veille, il nous était déjà arrivé de devoir passer derrière des cascades, mais cette fois on devait carrément passer dessous! On s’est bien marrés, c’était impressionnant. Heureusement qu’il y avait une structure formant un mini tunnel, car même avec ça on était trempés. On sentait toute la force de l’eau qui s’abattait sur le petit toit de fortune.

Le passage sous la cascade

On s’est arrêtés pour pique-niquer devant une ancienne maison de levadores, les ouvriers des levadas. Tout un groupe de pinsons (pas du tout intéressés par les miettes de sandwiches ^^) nous a tenu compagnie pendant cette petite pause, donc j’en ai profité pour prendre plein de photos.

Peu après, on a dû traverser un tunnel interminable. Vraiment, on n’en voyait pas la fin. D’après notre carte, on pense qu’il faisait environ 2 km de long, et ça nous a pris 20-25 minutes de le traverser. Par endroits, on s’est fait attaquer par des trombes d’eau, c’était méga impressionnant. Le sol était aussi recouvert de flaques bien profondes, et on est ressortis trempés jusqu’aux os. C’était une sacrée expérience, d’être dans le noir total (on ne voyait vraiment pas la sortie, tellement c’était long, et le faisceau de la lampe frontale servait juste à ne pas se cogner la tête, car le plafond était bas), et c’est fou comme le son voyageait mal. On n’entendait pas les trombes d’eau avant d’être à seulement quelques mètres. On a croisé des gens à un moment, et pareil, on ne s’est remarqués qu’au dernier moment, c’était fou. C’était un moment sacrément fatigant (et froid), mais aussi sympathiquement particulier.

Après le tunnel, la rando commençait toutefois à devenir un peu longuette. Surtout avec le manque de sommeil, j’avais mal au crâne et je n’arrivais pas à profiter comme il se doit des beaux paysages montagneux.

Finalement, on arrive au bout, même si ce n’était pas très clair que c’était le bout. Voilà la rivière, avec un petit barrage et de beaux rochers. On retrouve un couple de Français qui logeait aussi à Solar da Bica et on discute un petit moment. Puis on se pose pour manger des fruits, histoire de reprendre des forces pour effectuer le retour.

Le retour était laborieux, car on était épuisés. J’avais l’impression finalement de marcher en mode automatique, comme si j’avais une mission et que mon cerveau se répétait simplement qu’il fallait continuer d’avancer. Il y a quand même eu de chouettes moments, notamment quand on a revu un pigeon trocaz et des roitelets, et aussi les régulières visites de pinsons des arbres, qui s’envolaient du chemin à notre arrivée.

C’était quand même une très chouette rando, d’environ 26 km aller-retour (30 km selon les panneaux le long du sentier), qu’on a engloutie en sept heures. Les paysages sont beaux, mais c’est une balade que je recommande de faire quand on n’est pas déjà exténués en se levant le matin. ^^’

On s’est requinqués le soir en allant se détendre dans la piscine chauffée de l’agro-tourisme puis avec un repas super délicieux et copieux dans un petit resto du front de mer de São Vicente.

A lundi prochain pour la suite de la rétrospective! 😉