Dragons d’eau douce

Bonjour!
Chose promise, chose due: c’est parti pour une crue de photos de libellules prises durant les mois de juin à septembre.

Lestes viridis

Les voici un peu en vrac. Certaines ont été prises dans les lônes du Haut-Rhône français lorsque j’étais sur le terrain pour mon mémoire de master, d’autres à l’étang des Franchises ou encore au bord de l’Aire.

Sympetrum sanguineum à Luisettes

Lors des observations odonatologiques (ça fait classe, ce mot, n’est-ce pas? 😉 ), on voit bien sûr bien plus que “juste” des libellules! 😉

Aeshna cyanea aux Franchises

Sur le terrain, les martins-pêcheurs n’étaient jamais bien loin. On entendait leur cri si distinctif tandis qu’ils filaient au-dessus de la rivière, tels des éclairs bleus. Trop furtifs pour des photos, toujours hors de portée de l’objectif (surtout du macro ^^).

Orthetrum brunneum au bord du Séran
Anax imperator

Au bord du Rhône, j’ai également eu droit à de belles observations d’aigrettes garzettes, d’un râle d’eau effrayé par le bruit causé par les chasseurs (eh oui, en septembre, la chasse avait commencé, et ça se remarquait!), des faucons, des rouges-queues noirs, des hérons cendrés…

Aeshna isoceles à la Gavotte
Des couples de Coenagrion puella pondant au bord de l’Aire
Anax imperator aux Franchises
A. cyanea, en train de se faire discrète, loin d’un A. imperator qui défendait son territoire

Belley, c’est aussi le coin des sangliers (d’où les chasseurs). On croisait des souilles et des empreintes partout!

Photo prise par mon prof à Chantemerle, avec Hélène et moi dans le bateau en train de compter les Calopteryx splendens

Lors du dernier relevé de terrain, on a eu droit à la jolie visite d’une couleuvre, tout près de nous, dans la lône Moiroud.

A Fournier, c’est un ragondin qui nous a fait une belle surprise en traversant la lône devant nous!

Bon, mais la raison de notre visite, ça restait quand même les merveilleuses libellules! Et il me reste encore plein de photos, alors c’est parti pour la suite!

Sympetrum striolatum
Orthetrum coerulescens
Lestes viridis

En septembre, au bord du Rhône, on a surtout croisé deux espèces en particulier: Lestes viridis et Sympetrum striolatum.
Et la particularité des Lestes viridis, c’est qu’ils pondent directement dans les branches des arbres, surtout des saules. On voyait donc plein de tandems dans les arbres.

Deux couples de Lestes en train de pondre
Un coeur copulatoire de S. striolatum, mi-caché par un brin de carex
Trouvez la femelle Calopteryx!

Un matin, en arrivant près de la lône Béard, c’est le calme plat. Il fait chaud, grand soleil, pas un nuage, pas un souffle de vent, mais rien ne vole. De manière générale, cet été, il y a eu bien moins de libellules que ce qu’on attendait, peut-être du fait des deux étés très secs qui se sont succédé.

Bref, on marchait donc au milieu des hautes herbes proches du plan d’eau, à la recherche de libellules endormies. Finalement, j’ai repéré un individu Ischnura elegans, dorant au soleil.

Cache-cache avec Ischnura elegans
Encore I. elegans
Le sourire de S. striolatum
Un individu translucide à peine émergé et à l’air cadavérique
Orthetrum cancellatum
Platycnemis pennipes
Anax imperator
Lestes viridis
Tandem de Libellula fulva
Calopteryx splendens en ombres chinoises
Tandem de P. pennipes

Lors du relevé de juin, à Fournier, on a pu voir une magnifique femelle Anax imperator en train de pondre sous nos yeux. Elle n’avait l’air absolument pas préoccupée par notre présence, on se trouvait à seulement quelques dizaines de centimètres d’elle, à la prendre en photo sous tous les angles!

A. imperator obnubilée par sa ponte
Femelle Calopteryx avec une allure de dinosaure monstrueux
S. striolatum
L. viridis

Quand on en trouvait, on ramassait aussi des exuvies. Notre plus belle trouvaille, une exuvie d’Aeshna cyanea! Et quand on voit sa taille, ça ne donne pas envie d’être un petit macroinvertébré aquatique et de croiser son chemin!

Petite séance photo pour l’exuvie d’A. cyanea

Et on finit avec un beau Lestes viridis!

Et voilà! C’était long, mais c’est fini, haha.
Dans le prochain article, je commencerai à vous raconter nos aventures de l’été dans les îles Shetland! 🙂

A bientôt!

Madeira19#10 Baignoire, grotte et traces de boue

Et voilà! Incroyable mais vrai, voici le dernier article de la rétrospective madérienne.
Il me reste à vous montrer les photos du natel de José, essentiellement des selfies. ^^’

Notre ‘suite’ dans l’auberge de jeunesse de Funchal

On commence par quelques photos de notre premier passage à Funchal, et notamment notre incroyable chambre dans l’auberge de jeunesse, avec le beau parquet qui craque et carrément une baignoire à pieds! On n’avait pas eu ça depuis notre B&B de Lochcarron en Ecosse.

La jolie cour/jardin du musée Frederico de Freitas

Et puis on enchaîne avec la première poncha des vacances, non loin de la cathédrale. La poncha, c’est le cocktail typique de Madère. Pas mal, mais pas aussi bon qu’un jus d’orange fraîchement pressé! 😉

Quand on a mal aux pattes en visitant une ville, rien de tel que de se poser dans un parc pour jouer aux cartes! 😉

Dans le resto de l’auberge de jeunesse, on a droit à un peu de poésie sur les sets de table… avec des citations de Robert Louis Stevenson. Décidément, même à Madère, l’Ecosse me poursuit!

Et maintenant, place aux nombreux selfies faits le long des magnifiques levadas, au milieu des forêts et des cascades!

Sous la flotte, avec en plus une cascade en arrière-plan.
Devant les parois fleuries bordant les levadas

Durant notre première levada, celle de Caldeirão Verde, dans le parc des Queimadas, on pataugeait littéralement dans la boue. Et on s’est bien marrés en voyant des gens avec des baskets blanches, prenant tout le soin du monde pour éviter les flaques, avançant à 0.5 km/h. A mon avis, c’est bien illusoire de vouloir faire des randos à Madère sans marcher dans la boue…

L’état de mes pantalons après la Levada do Caldeirão Verde

Puis, lors de la levada da Ribeira da Janela, le fameux passage sous la cascade, qui nous a bien mouillés malgré le ‘toit protecteur’.

Avant
Après
L’ancienne presse dans le salon de l’agrotourisme, à São Vicente

A São Vicente, la visite des grottes aux fameuses “gouttes” de lave solidifiées pendant du plafond:

Sur le bord de mer de Jardim do Mar

Notre mémorable sortie en bateau jusqu’aux Ilhas Desertas:

Avec un passage en dinghy dans une petite grotte de la plus grande des Îles désertes. Ces îles sont criblées de petites grottes, que les phoques moines utilisent comme refuge pour mettre bas!

Une eau turquoise rappelant la Grotta Azzurra de Capri

Au retour de notre journée en mer, tout fatigués sur la terrasse de Joe’s Bar, à Jardim do Mar.

Une cascade, pour changer, au terminus de la levada das 25 Fontes
Les “bad towels” à placer “dans le plancher” ^^ Les perles “Made in Google Translate”
Les vaches de Paúl da Serra

Sous le soleil de plomb lors de notre balade au Pico Ruivo, j’ai prêté mon tour de cou à José pour lui éviter l’insolation. Quel look d’enfer! 😉

Après notre baignade de Prainha

Et enfin, le fameux passage sous la piste de l’aéroport! La première fois, en passant sous ces énormes piliers (avec des courts de tennis et parkings pour bateaux en contrebas), on n’a pas compris qu’on était sous une piste d’avion!

Juste avant de passer sous la piste

Et voilà, Madère 2019, c’est terminé! C’était vraiment de superbes vacances. Je ne savais pas à quoi m’attendre avant d’y aller, je ne me rappelle même plus comment on a choisi cette destination (je sais que j’avais d’abord proposé l’Ecosse, comme d’habitude), mais c’était clairement une très bonne surprise! Les paysages super variés, le choix infini de balades, le temps changeant, les fleurs, la géologie de ouf et les forêts splendides peuplées d’oiseaux en tout genre… C’était super chouette, voilà! 🙂
Bien sûr, ça se sent que plein d’autres gens trouvent ça chouette aussi, et on s’est sentis vachement moins seuls que dans des coins paumés d’Ecosse, par exemple. Mais malgré le monde, on a vraiment pu bien profité de notre temps sur cette magnifique île!

Maintenant l’automne arrive en Suisse, et il est temps de vous montrer mes dernières photos de libellules de l’année et, surtout, de vous parler de Shetland. Ah, Shetland! Comme j’ai hâte de partager nos aventures et nos photos de cet incroyable archipel! A bientôt! 🙂

Madeira19#9 Mer et Montagnes

Hello!
Hop, voilà les dernières photos Nikon du voyage à Madère. Entre océan Atlantique, falaises, phare et montagnes!

Il nous restait une partie de la côte à admirer, à l’extrême sud-ouest de l’île, donc on a roulé jusqu’à Ponta do Pargo. Depuis le Miradouro do Fio, on a une superbe vue sur l’océan et les falaises.

A pied, on rejoint le phare de Ponta do Largo, tout proche, entre herbe verte et bleu du ciel et de l’eau. En chemin, on croise oiseaux et vaches.

Vue sur le phare

A l’intérieur du phare se trouve une exposition sur les phares de Madère, avec d’anciennes photos, des témoignages d’anciens gardiens et leurs familles. Quel boulot, la construction de ces phares (notamment celui de Ponta de São Lourenço, sur son rocher isolé) et la vie de gardien!

On a discuté quelques instants avec le gardien du phare/de l’expo, tout content de nous faire signer le livre d’or et de nous parler des statistiques des visiteurs.

En retournant vers le Miradouro, on s’octroie une petite séance photo au soleil au milieu du vert pâturage!

Il fait sacrément chaud (30°C!) et on a bien envie de se baigner. Surtout qu’on n’est pas allés voir les fameuses piscines naturelles de la côte nord. Hop, on roule donc jusqu’à Porto Moniz où… il fait sombre, nuageux et froid. Et où les piscines naturelles sont fermées, haha. On peut quand même se balader à côté des jolies roches volcaniques formant les bassins, et on mange dans un petit café sous les nuages menaçants.

La côte vers Porto Moniz
Les piscines naturelles de Porto Moniz

On retourne ensuite à Jardim do Mar en passant par le Plateau (qu’on commence à bien connaître, avec ses troupeaux de vaches au milieu de la route et ses ajoncs en fleur) car José a oublié ses lunettes de soleil à l’hôtel. Ouf, la femme de chambre les a trouvées, on les récupère et on reprend la route direction Curral da Freiras, au-dessus de Funchal.

Curral da Freiras

On se retrouve sous un soleil de plomb au milieu des montagnes, avec des routes sinueuses et la vue sur des cultures en terrasses.

Le paysage est si différent de la côte nord, avec un air bien plus sec. On quitte ce cirque de montagnes et on roule jusqu’à Funchal, où on va passer nos deux dernières nuits dans une pension/taudis (un peu la déception après tous les logements géniaux qu’on a eus le reste des vacances).

Pour notre dernière journée complète, on s’attaque au plus haut sommet de l’île, le Pico Ruivo (1861 m.). On est un peu tout cassés et nos genoux nous font souffrir, donc on se lance sur la voie facile plutôt que de faire la longue rando qui passe par les trois plus hauts sommets de Madère.

Bien sûr, le désavantage de la voie facile au plus petit dénivelé, c’est que c’est carrément l’autoroute pour marcheurs. Le chemin est pavé quasi tout le long, et il y a foule. On croise des coureurs, mais je ne sais pas comment ils supportent de zigzaguer au milieu de tout ce monde.

Mais ça nous importe peu, car les paysages sont incroyables. Côté nord, des nuages se pressent contre les flancs des montagnes, recouvrant les bruyères géantes.

De l’autre côté aussi, quelques nuages s’engouffrent dans la vallée. Il y a plein d’arbres morts tout secs et de petits buissons poussant entre les rochers.

Arrivés au sommet, on découvre une superbe vue à 360°. Au loin, le plateau et ses éoliennes. Tout autour, des montagnes. Quelque part sous les nuages, la mer.

Une fois la vue du sommet bien admirée, on redescend pour se poser à l’ombre d’un arbre, sur un petit piton rocheux, et pique-niquer. Il fait vraiment bien chaud et on est entourés de lézards qui se dorent sous un soleil de plomb.

De retour au parking, on reprend la voiture et, après quelques minutes de route, on s’arrête pour prendre un couple d’Allemands de notre âge qui fait du stop. On les dépose à Santana avant de continuer notre route, direction Prainha.

Prainha, c’est une plage de sable brun-noir non loin de la Ponta de São Lourenço. Comme lors de notre première visite dans le coin, le vent souffle super fort et les palmiers s’agitent dans tous les sens.

La vue sur la petite plage
Un faucon du coin

La petite plage est lovée dans une jolie crique, à côté d’une buvette. On se baigne dans l’eau, qu’on trouve bien froide, et on s’amuse à patauger dans les vagues avant de passer une après-midi très farniente. Au programme: la dernière poncha des vacances (un apéro typique de Madère) à la buvette, un bolo de caco à l’ail, et de la lecture (Harry Potter 5 en ce qui me concerne).

Puis on est allés manger le soir à Caniçal, un bled tout proche, avant de rentrer à Funchal pour notre dernière nuit des vacances. Le lendemain, on s’est réveillés à l’aube pour aller choper notre avion, puis retour maison!

Et voilà, il me reste un tout dernier article avec des photos du natel de José, puis je pourrai enfin passer au récit de nos aventures shetlandaises! 😉
A bientôt!