Rétrospective de l’année 2022

Et voilà, comme chaque année, il est l’heure de partager quelques mots — et photos! — sur les 12 mois écoulés.
J’adore cette petite tradition qui, chaque fin d’année, me rappelle tous les beaux moments vécus et me rend si reconnaissante pour la vie, l’amour, la famille, la nature et bien plus!

D’habitude, en arrivant à la fin de la rétrospective, je suis toujours surprise par toutes les choses vécues et accomplies, dont j’oublie en général la moitié au fur et à mesure que l’année avance. Mais cette année, avant même de commencer, j’ai déjà l’impression que 2022 a été une des années les plus remplies de ma vie. Elle a filé absolument à toute vitesse et il s’est passé tant de trucs, avec de chouettes opportunités au travail et plein d’aventures! L’année est d’ailleurs passée si vite que j’ai la sensation de ne pas avoir trop pu reprendre mon souffle et d’avoir été un peu épuisée cet automne, mais elle a tout de même été vraiment magnifique, si riche en expériences et en escapades — mais pauvre en articles de blog, ce qui est clairement devenu une tendance ces dernières années… Pour compenser, on dirait que je fais des rétrospectives de plus en plus longues, vous êtes prévenus! ^^

Allez, sans plus tarder, c’est parti pour la rétrospective 2022!
(Et ai-je vraiment besoin de préciser que cet article va faire 4 km de long?! 😉

Janvier

Au Salève pour immortaliser la cape cousue avec Pilar (photo par José, qui a bravé le froid avec moi pour cette chouette séance)

On accueille 2022 à Anzère avec Axel, Laurine et Alan, dans la neige mais sous un soleil de plomb. Ce mois de janvier est plutôt bien rempli: travail, couture d’une cape avec l’aide de Pilar (et de la laine récupérée d’Axel!), balade au Suchet avec Laurine et José, soirées jeux (notamment des parties de Glen More II, offert par José à Noël), montée de Salève dans la neige, repas en famille, “La panthère des neiges” au cinéma, des balades le long de la Seymaz… Un mois peuplé d’écureuils, d’un renard dans la nuit, de sangliers dans le Jura vaudois, de grandes aigrettes au bord de la Seymaz. 🙂

Février

Un arc-en-ciel admiré en allant au boulot et qui a bien mérité un petit arrêt photo. Un peu de couleur et de lumière dans un mois sombre…

Le mois des expos, à en croire mon petit calendrier. Chouette expo “Tout contre la Terre” au Museum d’histoire naturelle, expo des dessins de Chappatte, expo-BD aux Bains des Pâquis sur les explosifs entassés au fond du Léman, expo des sculptures du Chat de Geluck!

José et moi allons au Château de Chillon (pour prendre des photos avec ma jupe tartan faite par Mathilde — 2022 aura été l’année des longues jupes!) puis rejoignons mes parents à Vercorin pour le weekend. Pour du ski ou de la raquette, on hésite encore. Finalement, pas besoin de décider: José glisse sur une méchante plaque de glace et se fait mal à l’orteil, donc c’est retour Genève dès le lendemain et direction l’hôpital. On aura quand même passé une très chouette soirée à manger de la raclette et jouer à “Timeline”!

Détermination d’Anisoptères à la Ferme

Au travail, je fais un peu de détermination de macroinvertébrés aquatiques et j’accompagne également une sortie master et une autre bachelor au lac des Vernes.

C’est aussi le mois où l’obligation de porter un masque dans les magasins tombe, pour la première fois depuis 2020 (si, si, ça a mérité une mention dans l’agenda, et je me rappelle que ça faisait très bizarre).
Tristement, c’est aussi le début de la guerre en Ukraine, suivi par le début des manifs de solidarité. On n’en revient pas et on a mal au coeur pour nos voisins. C’est le début d’une période dure pour le moral. Heureusement qu’il y a les petits moments de lumière quotidiens: un arc-en-ciel, deux lièvres se courant après, un beau coucher de soleil et plein d’oiseaux…

Sortie avec des étudiants pour le boulot

Mars

Un mois très chargé niveau travail, avec plein de réunions importantes, l’intense préparation pour la deuxième année de terrain PONDERFUL et même une journée à aborder et questionner des passants pour le volet “Enquêtes sociales” du projet. José et moi avons quand même trouvé le temps pour des petites balades le long de la Seymaz, au bois des Mouilles et à Yverdon. Quel plaisir de respirer l’air printanier et de s’émerveiller devant l’explosion de fleurs et toute la vie animale: écureuils, mésanges à longue queue, geais, étourneaux, lièvre, sittelles, troglodytes… On sent l’éveil du printemps!

Point de vue sorties, on va voir un match de hockey avec des collègues de José (mon premier depuis des lustres!), on fait le plein d’énergie positive à un Bal Folk, on assiste à une projection sur l’éco-anxiété dans le cadre du Festival du Film vert, je vais à un concert de bienfaisance au Victoria Hall avec Pilar et, pour l’anni de Laurine, on se retrouve à Bienne pour un Escape Game “maison hantée”!

Avril

Ce mois démarre sur les chapeaux de roue avec la réunion du consortium PONDERFUL à Porto! C’était l’occasion de rencontrer plein de collègues en vrai, après tant de visio-conférences, et c’était vraiment chouette… même si c’est pile pendant cette semaine que le covid a décidé que c’était à mon tour de l’accueillir!

Sitôt de retour en Suisse (après un laborieux trajet du retour ^^), j’enchaîne direct avec la première campagne de terrain 2022! Chevreuil, huppe fasciée, canards souchets, premières demoiselles de la saison (Sympecma fusca), grenouilles et des Cardamines des prés partout. Magique.

Hors boulot, c’est bien actif aussi, avec une magnifique visite de l’Arboretum d’Aubonne avec Fintan et Pilar, des chouettes repas entre amis et en famille (notamment à Pâques), une belle balade à vélo, une expo sur les injustices environnementales au MEG et une montée de Salève mouvementée, durant laquelle on a assisté au sauvetage en hélico d’un parapentiste coincé sur un bout de falaise!
Bref, un mois bien rempli à apprécier la beauté du printemps!

Mai

Vue sur Castlebay lors de l’ascension de Heaval, le sommet de Barra

C’est la suite et fin du terrain printanier pour PONDERFUL, avec l’échantillonnage de macroinvertébrés aquatiques dans des étangs urbains du canton. C’est aussi l’annonce des lauréats du concours photo du FNS, où j’ai décroché le 1er prix de la catégorie “Lieux et outils” avec une de mes photos de soucoupe flottante! Ce prix m’amène à Bienne, pour la remise des prix (lors des “Journées photographiques”, où on a pu voir de très chouettes expos), ainsi que sur le plateau de l’émission Forum de la RTS, pour discuter en direct de science et communication! Mon premier passage à la télé, dans les studios de Lausanne, suivi par un resto italien avec José pour me remettre des émotions!

C’est aussi une période foisonnante à l’HEPIA, avec un grand événement HES à la Prairie, durant lequel est inauguré le nouvel étang urbain du campus, ainsi qu’une Journée technique sur les étangs urbains. Côté sorties, José et moi allons voir l’expo “Dessins pour la liberté” au bord du lac, avant de décoller pour l’Ecosse pour de superbes vacances avec Axel, Laurine, Fintan et Pilar! Des vacances que j’attendais et préparais depuis longtemps, avec un cadeau pour les 60 ans de Fintan et les 30 ans d’Axel: un vol de Glasgow à Barra à bord du fameux Twin Otter qui atterrit directement sur la plage! Un moment inoubliable suivi de beaux jours sur l’île de Barra, malgré un inlassable vent qui a annulé nos sorties en bateau et kayak.

Puis José et moi avons passé encore deux semaines de vacances en Ecosse, sur les merveilleuses îles de Colonsay, Islay et Jura. Des moments merveilleux, comme toujours. C’était nos seules véritables vacances de l’année, donc on en a profité à fond!

Juin

Des phoques sur Islay, lors de notre dernier jour sur l’île…

C’est le retour des vacances, rendu encore plus difficile par la canicule qui sévit déjà à Genève, et qui sera le brûlant leitmotiv des vacances. Le lac devient notre meilleur allié de l’été, on ne s’y sera jamais autant baigné que cet été! Côté boulot, je retourne déjà sur le terrain pour récupérer des capteurs de pression dans des étangs. Côté privé, c’est la saison des BBQs, du Street Food Festival, des apéros…

L’Observatoire de Genève fête ses 250 ans et organise plein de chouettes activités pour marquer le coup — sous un soleil de plomb, nécessitant une baignade à Versoix juste après. ^^
Le Cirque du Soleil est aussi de retour en ville, avec son spectacle “Luzia”.

La grosse surprise de ce mois, c’est que je fais une opération de chirurgie laser pour corriger ma myopie! J’ai désormais rejoint José dans le club des ex-binoclards — il s’était fait opéré en avril. Passée la période de rétablissement, quel bonheur de pouvoir voir sans lunettes!

Ce mois de juin, c’est aussi le retour du Festival celtique de Corbeyrier, où nous sommes allés avec Anaëlle. C’était absolument génial, avec notamment l’incroyable Julie Fowlis et Socks in the Frying Pan, et l’immanquable ceilidh du samedi!

Juillet

Baignade, musique, terrain. L’été bat son plein!
Il fait toujours aussi chaud, ce qui rend le travail de terrain un peu laborieux parfois. Le 4 juillet en fin d’après-midi, un incroyable orage de grêle frappe la campagne vers Choulex et Jussy, et coince ma collègue Marine et moi au boulot. Lorsque ça se calme enfin et que je peux rentrer à vélo, je découvre des champs et chemins recouverts de grêlons dans une ambiance mystique (et je croise un joli blaireau!). Le lendemain, sur les étangs, on découvre des nénuphars hachés menus, comme les vignes et légumes des agriculteurs du coin…

C’est un mois hyper rempli, avec tant d’activités! José et moi craquons et achetons un paddle, on admire la Super lune du 13 juillet lors d’une balade nocturne (petit hérisson et chauves-souris au rdv!), c’est l’heure des soirées Ciné Transat (Au programme: “Le Tout Nouveau Testament” et “Sing Street”, précédés d’hilarantes séances de “Just Dance”), du concert de Gilberto Gil au parc La Grange, de concerts classiques dans le parc Stagni, de l’expo “Open House” à Genthod, du festival Plein-les-Watts, des descentes du Rhône… Bref, la vie tourne à 100 à l’heure! Puisqu’on avait pris nos vacances en mai-juin, c’était l’un des premiers étés qu’on passait entièrement à Genève et on en a vraiment, vraiment profité!

A la fin du mois, on a quand même quitté Genève pour passer un merveilleux week-end à Brienz. Visite de Ballenberg, paddle, camping, train jusqu’au Rothorn et magnifique marche avec vue sur le lac de Brienz…!

Août

Vue sur le Cirque de Macun, dans le parc national suisse

Le dernier marathon de l’été. Encore un mois ultra rempli, et fort en émotions!

Après avoir fêté le 1er Août à Genève (Au menu: baignade dans le lac pendant qu’un slackliner traversait la rade, Schüblig au parc La Grange avec des amis, puis concert du VKFFB au parc Stagni), j’ai pris le train direction les Grisons avec ma collègue Marine, pour du terrain à Macun, dans le parc national. On a fait 2001 m de dénivelé positif dans la journée, un record personnel, et marché 23 km. Notre mission: échanger des loggers de température dans des mares qui font l’objet d’un monitoring depuis 20 ans. Les résultats de ce monitoring sont inclus dans un chapitre de ma thèse, c’est pourquoi j’avais absolument envie d’aller les voir en vrai, quand même! Le lieu est vraiment incroyable, on a vu des lagopèdes et on a mangé comme des reines au Bär und Post, notre point de chute à Zernez. C’était aussi la première fois de ma vie que j’allais dans le parc national, il était temps! (Je n’ai pas attendu longtemps avant d’y retourner, vous allez voir)

De retour du boulot, je repars avec José, Laurine et Romain direction Sion pour le Guinness Irish Festival, où on n’était pas retournés depuis 2015! Puis c’est retour à Genève, où se succèdent baignades dans le lac, descentes du Rhône, pizza à Port Choiseul, spectacle dans le parc et un dernier Ciné Transat pour cette saison avec le magnifique “Your Name”, qu’on a adoré. On s’émerveille devant plusieurs splendides levers de lune, avant de passer une nuit au Salève pour observer les étoiles filantes. Et le dimanche 14 août, il a plu! C’était tellement rare cet été que je l’ai noté dans mon calendrier…

Puis il y a eu un enchaînement d’expériences folles au boulot. Déjà, ma collègue Aurélie et moi avons emmené une journaliste radio de la RTS pour une interview sur le terrain. Le résultat est , même si je n’ai toujours pas osé l’écouter. ^^
Ensuite, José et moi avons pris le train jusqu’à Prague, pour ma toute première conférence internationale, durant laquelle j’ai présenté un bilan du monitoring des étangs de Macun! C’était vraiment trop cool que José puisse m’accompagner. On y est allés un peu plus tôt pour visiter la ville, puis José a fait du télétravail pendant que j’allais au congrès. On s’est même offert une soirée à l’opéra: “Don Giovanni”, dans le même théâtre où il a été joué pour la première fois, en 1787!

De retour de Prague, j’enchaîne directement avec mon deuxième congrès, à Genève cette fois. C’était à nouveau une super expérience, durant laquelle j’ai rencontré plein de gens chouettes, dont David, un Anglais passionné par la “musique des étangs”. Il enregistre des sons sous l’eau et c’est absolument incroyable, on entend les hétéroptères qui nagent, les gastéropodes qui grignotent de la mousse, et même les plantes qui respirent. Il a mené un workshop durant la conférence et a accompagné une belle sortie à l’Etournel. On peut même écouter un extrait d’enregistrement sur YouTube.

Mais ce n’est pas tout. Durant cette semaine de conférence, je suis passée en direct au 12:45! Pendant que j’étais à Prague, la RTS était venue filmer mes collègues pour parler du projet PONDERFUL. Le matin du 30 août, la journaliste a décidé que ce serait cool d’avoir aussi quelqu’un en direct après la diffusion du reportage et c’est tombé sur moi. Une heure après avoir appris la nouvelle, j’étais dans le tram direction la tour RTS. Là encore, c’était une expérience un peu irréelle. J’ai été maquillée et coiffée par des pros dans le studio (une première!) et j’ai eu l’impression d’incarner “Barbie au congrès d’écologie” une fois de retour à la conférence, tellement j’étais maquillée. ^^

Bref, ce mois d’août aura été carrément fou. J’ai fait du terrain, rencontré une tonne de gens, mis le pied en République tchèque pour la première fois, présenté mon travail devant plein de personnes et été vraiment hyper active… Je n’ai juste pas réussi à caser une montée de Salève. Mais bon, ce n’était en tout cas pas par flemme, et je me suis rattrapée en le gravissant deux fois en décembre. 😉

Lais da Macun

Septembre

Jöriseen, une splendide marche vers Davos

Dire que j’étais un peu fatiguée après cet été bien rempli est un euphémisme. Après le stress des conférences et des apparitions médiatiques, j’avais besoin de souffler un peu. J’ai tout de même été bien occupée, avec de chouettes repas et sorties: Street food festival pour fêter la fin de la conférence INTECOL, retour au Salève, jeux et raclette à Yverdon en famille, Festival Images à Vevey et plein de petites balades (notamment aux berges de Vessy) et d’observations d’écureuils.

Mais surtout, José et moi avons pris un long pont du Jeûne genevois pour aller passer quelques jours dans les Grisons — avec un petit détour par Saint-Gall en chemin. Eh oui, j’avais déjà envie de retourner me balader dans le parc national! On a eu droit à notre première neige de la saison et à des températures frisquettes, pour mon plus grand bonheur après cet été si chaud. On a campé à Zernez, marché au milieu de splendides montagnes, visité le musée du parc national, vu plein de marmottes, de chamois et de casses-noix mouchetés, et on s’est même relaxés dans les bains chauds de Scuol. Une bouffée d’air frais qui nous a fait tellement de bien!

Côté travail, septembre marque la rentrée et le retour des TP sur les étangs avec les étudiants. Mais cette rentrée aura été un peu différente pour moi, puisque j’ai participé à une Summer School sur la conservation de la nature organisée par l’Université de Lausanne. Ce fut une semaine magnifique, durant laquelle j’ai rencontré d’autres doctorants en environnement et suivi de super cours. Je ne vais pas en parler davantage car j’ai écrit un article pour le blog de l’UNIL-IUCN avec d’autres participants. On y décrit notre semaine, photos à l’appui!

Et le 29 septembre, José et moi avons fêté nos 9 ans ensemble, avec un chouette repas à l’Auberge du Cheval blanc!

Octobre

Lumière du soir sur le Chablais, le Léman et le Jura en arrière-plan

Quand je repense à ce mois d’octobre, je revois les sublimes pans de brume qui habillaient la campagne lors de mes trajets à vélo. Martin-pêcheur, brouillard magique, hérons, chevreuil, musaraigne, renard, écureuils, bouquetins, chocards, vautours, mésanges et rouges-gorges, c’est un mois plein de belles observations et chouettes moments de nature.
C’est déjà l’heure de la dernière campagne de terrain officielle pour PONDERFUL, et pour l’occasion je prends la GoPro un jour pour filmer quelques instants “étangs” (et j’en profite pour apprendre à utiliser ShotCut, un logiciel d’édition de vidéos).

L’automne arrive, et les activités de plein air laissent aussi place à de chouettes moments cosy à l’intérieur. Pilar et moi terminons de coudre ensemble une jupe, un projet commencé en décembre 2021 (!), et avec José on retourne enfin au Festival Salamandre, qui nous avait bien manqué.

Nous allons aussi bivouaquer dans le Chablais, pour un weekend à la fois éreintant et plein d’émerveillement. Nous avons fait le tour et sommet des Cornettes de Bise par le Saix Rouquin, un itinéraire coté T4, ce qu’on ne savait pas au moment de partir… C’était une marche/bivouac conseillé par un collègue de José, qui l’avait fait avec ses enfants, donc on ne se faisait pas trop de souci. Sauf qu’il nous avait envoyé le mauvais itinéraire, et on a donc dû crapahuter avec nos gros sacs dans des pentes et arêtes vertigineuses qui étaient bien au-delà de notre zone de confort. On n’a pas trop apprécié certains passages, mais on a quand même vécu des moments assez inoubliables, notamment le coucher de soleil sur les montagnes, et aussi le réveil magique où, en sortant de la tente, on a découvert plein de vautours fauves volant tout près de nous!

Enfin, octobre nous a également réservé une autre aventure imprévue! Lors d’une visioconférence PONDERFUL, un collègue de l’Université d’Aarhus me propose de venir une semaine au Danemark pour apprendre l’art du carottage dans les étangs (N.B: Les carottes de sédiments nous permettent d’estimer combien de carbone est accumulé au fond d’un étang)! Ni une ni deux, une escapade danoise se prépare. Le bonus: José a à nouveau pu m’accompagner, comme à Prague, et faire du télétravail pendant que j’étais sur le terrain. On en a donc profité pour passer quelques jours à Copenhague, avant de rallier Aarhus pour le boulot. C’était la première fois qu’on allait au Danemark, et on a vraiment adoré!

L’essence de Copenhague

Novembre

Moment macro aux bois de Jussy

Ce mois commence à Aarhus, avec du terrain par tous les temps dans la campagne danoise. Je passe de super moments avec l’équipe danoise de PONDERFUL, qui nous initie, José et moi, à la culture locale — notamment en allant célébrer le début des festivités de Noël le premier vendredi de novembre (si, si!). On visite aussi la ville et les alentours, notamment le très riche Moesgaard Museum, connu pour abriter le “Grauballe man”, un cadavre vieux de plus de 2000 ans extrêmement bien conservé par la tourbe et découvert par hasard en 1952.

Puis c’est déjà l’heure de rentrer à la maison. Le reste du mois tourne surtout autour du boulot: ça bosse beaucoup, et les week-ends sont plus tranquilles pour essayer de recharger un peu les batteries. Enfin, je dis ça, mais bien sûr il y a eu des exceptions, notamment la super “Fêtes des robes” organisée par Anaëlle et Maelenn (et qui convenait très bien à mon humeur de cet automne, où j’étais un peu obsédée par les jupes et robes. ^^ Merci d’ailleurs à José, qui m’a si patiemment accompagnée pour plusieurs séances photos)!

Il y a aussi eu un week-end de ouf fin novembre, où José et moi avons enchaîné les concerts, activités culturelles et marchés de Noël: concert des Red Hot Chili Pipers à Berne avec Axel et Laurine le jeudi, visite de Berne le vendredi (et notamment une super expo “Queer – la diversité dans la nature” au Museum), concert des Dublin Legends le vendredi soir, puis direction l’Alsace le samedi, spectacle-concert à Colmar le vendredi soir (où on a croisé Sarah de French Kilt!) et passage au marché de Noël de Bâle le dimanche lors de la route du retour. Un marathon à l’ambiance musicale irlando-écossaise qui nous a rempli le coeur de joie.

Décembre

Salève enneigé

Déjà décembre!
Encore des marchés de Noël (notamment celui des Hirondelles, aux Grottes, pour voir les merveilleuses créations d’Anaëlle, que vous pouvez admirer en suivant @lesyeuxenlune et @levertmeillee sur Instagram), des balades dans la vieille-ville pour l’Escalade (le retour des festivités après deux ans d’annulation à cause du covid!), un bel Afterwork au MAH, des restos, un match d’impro, une super pièce de théâtre de la Cie 100% Acrylique, une chouette journée à déménager la yourte d’Anaëlle, le retour de voyage d’Emeric et Nora, de beaux levers de soleil rose lors de mes trajets à vélo… Et plein de belles observations à deux pas de la maison, notamment des pics verts, un roitelet à triple bandeau, un grimpereau, et même un hérisson insomniaque croisé en allant à la soirée de Noël du boulot.

Ce mois-ci, j’essaie tout de même de ralentir un peu. Il me reste tellement de jours de vacances, je prends quelques jours de congé pour me reposer.
Le 9 décembre, la neige tombe et recouvre Genève. C’est l’occasion de prendre quelques photos dans la neige et de monter le Salève, qui est toujours si beau habillé de blanc.

Et puis c’est déjà l’heure de fêter Noël. La neige a fondu depuis longtemps, et la montée de Salève du 25 décembre se fait en t-shirt…
Après de beaux moments en famille, on monte à Saint-Cergue pour fêter le Nouvel An entre amis. Bonne bouffe, jeux et balades au menu. Pour le dernier jour de l’année, on marche jusqu’à la Dôle (où on croise plein de gens ainsi qu’un chamois) avant de faire une overdose de jeux de société et de raclette. Bref, une fin d’année comme je les aime! 😉

Vue sur Genève en montant vers la Dôle

***

Et voilà déjà la fin de cette belle année 2022. Personnellement, elle a filé à toute vitesse et a été marquée par de beaux moments dans la nature, avec José, en famille et entre amis. Elle a aussi été un peu éreintante niveau travail, avec pas mal de stress et de boulot, mais également plein de super expériences.

Quand on suit les infos et regarde l’état du monde, c’est souvent facile de se laisser aller à la déprime en pensant à tout ce qui va mal, à tous ces gens qui souffrent, ceux qui se battent pour leur liberté, leur vie ou leur santé. C’est inquiétant d’imaginer à quoi le futur va ressembler, du point de vue de la biodiversité, du climat et de la société.

C’est pourquoi, lors de ces rétrospectives, j’aime me concentrer sur les petits et grands moments de bonheur, les instants de joie et de gratitude. Je déborde de reconnaissance d’être aimée, en bonne santé, en sécurité, au chaud et au sec, libre d’apprendre, de bouger, de rêver!
Malgré le stress qui m’assaille parfois, la fatigue ou les doutes, la vie reste si belle, et je me sens si privilégiée de pouvoir autant en profiter.
Avant de conclure cette rétrospective, je suis d’ailleurs allée relire celle de l’année dernière, et j’aurais pu récrire la même conclusion tant elle résonne toujours avec moi.

Sur ce, je vous souhaite à tous une merveilleuse année 2023!
Je nous souhaite à tous de toujours trouver les petites étincelles de bonheur et d’espoir même dans les moments difficiles, de profiter des précieux instants avec ceux qu’on aime, d’être curieux et enthousiastes face aux mystères et à la beauté du monde, et de cultiver l’humour, le rire et l’amour! ♡

12 montées de Salève, 12 poses “Supergirl” pour 2022! 🙂

P.S. J’ai plusieurs chouettes projets pour 2023, et l’un d’entre eux devrait remédier à la terrible absence de libellules dans cette rétrospective 2022. Mon manque d’Ecosse devrait également être en partie comblé, du moins pour un temps, mais malheureusement ça signifie aussi que je ne vais pas pouvoir tenir la règle “12 mois, 12 montées de Salève” en 2023… 😉

P.P.S. Pour suivre mes aventures au cours de l’année, c’est sur Instagram que ça se passe (@julie.ulva2)

One thought on “Rétrospective de l’année 2022”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code