Scot18#6 Iona

Bonjour à tous!
Après une magnifique dizaine de jours sur l’île de Madère (d’où j’ai bien sûr ramené plein de photos et d’anecdotes), je reprends ma rétrospective écossaise 2018 (je vous préviens, cet article fait 4,8 km de long, soit autant que l’île d’Iona, haha).

Sur le ferry au départ d’Oban (avec des kayaks!)

Lors de mon dernier article, je m’étais arrêtée à mon arrivée sur la superbe île d’Iona. Pour la rejoindre, il faut d’abord traverser l’île de Mull puis prendre le ferry depuis Fionnphort pour un court trajet de dix minutes, durant lequel on peut admirer les magnifiques roches roses de Mull, l’eau merveilleusement turquoise et, bien entendu, la fameuse abbaye de Saint Colomba.

Vue depuis le petit port de Fionnphort

Durant ces vacances, je me suis beaucoup intéressée à la toponymie gaélique, et j’avais repéré le mot ‘fionn’ au détour d’une page du livre de John Murray Reading the Gaelic Landscape. Il signifie “white, fair, pale, blessed, holy”. Fionnphort est donc le port blanc. En vérifiant la signification de ‘phort’, je suis tombée sur ce site, Gaelic Place-Names of Scotland, qui a l’air pas mal pour trouver les noms gaéliques des lieux.

Le ferry, avec Iona Abbey en arrière-plan

Seuls les résidents d’Iona ont le droit d’embarquer leur voiture sur le ferry, et c’est très bien comme ça. L’île est de toute façon bien petite et ne possède en gros qu’une route, donc tout se fait facilement à pied.
Les journées d’été, Iona est prise d’assaut par les touristes qui souhaitent visiter l’abbaye, et c’était bien sûr le cas quand j’y suis allée.

Les belles roches aux teintes roses de Fionnphort

En arrivant en plein après-midi, je n’étais donc pas seule, ni sur le ferry ni sur l’île! Mais à 18h30, un truc magique se produit: le dernier ferry pour Fionnphort s’en va, et l’île est soudain envahie par un calme merveilleux. En effet, il y a peu d’opportunités de logement sur Iona, et seuls quelques touristes décident d’y passer la nuit. J’avais réservé deux nuits à l’unique auberge de l’île, et je n’ai vraiment pas regretté!

Iona Abbey et le point culminant de l’île: Dùn I, 101 mètres d’altitude

Une fois débarquée du ferry, j’ai directement entrepris la marche d’une vingtaine de minutes qui mène jusqu’à la pointe nord de l’île, où se trouve Iona Hostel. En chemin, je passe bien sûr devant la fameuse abbaye, qui date du XIIIe siècle. Mais l’histoire sacrée du lieu est bien plus ancienne: l’Irlandais Saint Columba y a débarqué en 563 et y a fondé un monastère d’où il a évangélisé l’Ecosse. Iona est ainsi devenu un grand centre religieux, et de nombreux rois y ont été enterrés dont, possiblement, Macbeth. C’est aussi le lieu supposé de la création du célèbre Book of Kells, qu’on peut aujourd’hui voir à Dublin, au Trinity College.

L’Abbaye

Le monastère d’Iona a en effet subi de nombreux raids vikings au cours de son histoire, et le précieux manuscrit enluminé aurait donc été déplacé à Kells, en Irlande, pour le mettre en sécurité. C’est plus tard, vers 1200, que l’abbaye a été construite par les fils de Somerled, “King of the isles”

Dans un précédent article, je vous ai parlé vite fait du très beau film d’animation Song of the Sea. Eh bien son réalisateur, Tomm Moore, a sorti en 2009 The Secret of Kells, l’histoire d’un jeune moine irlandais de 12 ans qui rêve de devenir enlumineur, à Kells. Je ne l’ai pas encore vu, mais il est clairement sur ma liste! D’après certaines critiques, le film est plutôt sombre et le récit n’est pas aussi prenant que Song of the Sea, mais les dessins ont l’air tout aussi magique!

Bref, revenons-en à nos moutons, et à Iona! 😉

Agenouillé pour mieux brouter, héhé!

Une fois l’abbaye passée, le chemin s’est fait plus calme: moins d’humains, beaucoup plus de moutons! Le trajet m’a donc pris bien plus que les vingt minutes prévues, car je me suis du coup arrêtée pour dire bonjour à toutes les créatures laineuses que je croisais… Eh oui, on ne se refait pas, j’ai donc aussi pris plein de photos, à moitié assise dans l’herbe pour passer l’objectif entre les fils métalliques des barrières!

J’arrive finalement en face de deux moutons qui font la sieste sur leur petit monticule, comme pour accueillir les visiteurs de l’auberge (il s’est avéré que c’est leur coin quotidien, je les y ai vus à chaque fois que je passais).

Le goudron laisse place au gravier, le chemin me mène à travers le jardin de quelqu’un, puis la route devient carrément herbeuse. Je suis enfin à Lagandorain, nom du lieu et de l’hostel, et j’ai cette agréable impression d’être au bout du monde.

Mais je n’étais pas seulement arrivée à la pointe septentrionale d’Iona, j’avais également atterri dans le meilleur hostel dans lequel j’ai dormi jusqu’ici! Bon, ok, plutôt ma seconde auberge préférée, après la super génialissime de Turangi, en Nouvelle-Zélande, où j’avais l’impression de faire partie d’une grande famille — on regardait même la télé avec le proprio, le soir, et on n’arrêtait pas de prolonger notre séjour, et pas seulement parce que la voiture était en panne! 😉

J’ai adoré cet hostel pour plein de raisons. Déjà, sa situation: tout au bout du bout d’Iona, posé au milieu du machair, avec une magnifique plage de sable blanc à deux pas: Traigh an t-Suidhe. Lagandorain est aussi une croft encore en activité: les proprios travaillent la terre depuis des générations et perpétuent des modes d’agriculture qui font partie intégrante de l’héritage écossais. Ensuite, son nom: Lagandorain signifie “The Hollow of the Otter”, soit le creux de la loutre, et c’est franchement trop cool!

Et bien sûr, l’ambiance dans l’auberge était super: on mangeait tous le soir à l’unique grande table en bois (avec, en dessert, un gâteau concocté chaque jour par deux filles) et on était beaucoup à lire et écrire dans l’espace commun après les repas (la bibliothèque était d’ailleurs bien fournie!). L’aménagement était méga cosy: une cuisine et un salon super chouettes, des peintures colorées dans les salles de bains, des images marrantes au mur (et aussi une carte topographique de l’île, rien de tel pour capter mon attention), des petites chambres lumineuses avec des lits bien confortables, un jardin,… Mais le top du top: aucune clé, ni pour la porte d’entrée ni pour les chambres. J’adore cette ambiance super relax, cette confiance qui règne dans les coins paumés où vivent de petites communautés.

Sitôt après mon arrivée, je suis allée profiter du soleil en allant me balader, en commençant par la plage toute proche, que j’ai longée vers l’ouest avant de monter vers Dùn I.

Il y avait de magnifiques motifs creusés dans le sable par le va-et-vient de l’eau. Par endroits, on aurait dit des dessins d’arbres!

Puis je quitte la plage et je marche sur un petit sentier plus ou moins défini dans le machair (un chemin d’un mètre de large avait été tondu). J’étais entourée de fleurs et de bourdons, c’était magnifique!

Après un petit moment, le chemin a brusquement disparu et j’ai continué au pif, à l’écossaise. Dans certains coins, je n’avais plus du tout affaire à de la prairie fleurie, mais à de petits marécages peuplés de superbes orchidées sauvages qui se balançaient dans le vent. Bien entendu, le “bog factor” était plus important. Durant les périodes moins extraordinairement sèches, ça doit être limite impraticable.

Il y avait également de drôles de fleurs cotonneuses dans ces coins bien humides, ce qui m’aidait à les repérer pour les éviter.
J’ai grimpé à flanc de colline jusqu’à atteindre une barrière avec, devinez quoi, plein de moutons de l’autre côté. 😉
Tout le long, la vue était splendide, avec une lumière magnifique qui mettait en valeur le vert de l’herbe et le bleu de la mer…

Tout à coup, j’ai remarqué une tache noire sur mes dernières photos. Je me suis donc posée un moment pour essayer de l’éliminer. J’ai d’abord nettoyé le verre du filtre protecteur, puis le verre de l’objectif, en vain. J’ai pris des photos en LiveView, le miroir levé, mais la tache apparaissait tout de même. Je n’avais jamais eu de tache derrière le miroir… J’avais un peu peur de tout casser ou d’empirer la situation en essayant de l’enlever, mais en même temps je n’avais pas envie d’une poussière grise sur toutes mes photos à venir (il y en a une sur quasi toutes celles de cet article, plus ou moins visible). De retour à l’auberge, j’ai finalement donné un petit coup de pinceau à l’intérieur du boîtier, au pif, et, miracle, ça a marché, héhé!
Bref, c’était la petite frayeur photographique du jour

L’hostel, bien camouflé dans le paysage
Des moutons qui fuient à mon arrivée, près du sommet de Dùn I
Une flopée de moutons noirs au pied de la colline

Je suis finalement descendue de la colline, après maints détours entre les patches de marécage, et je suis retournée à l’hostel en empruntant la plage.

La plage était absolument déserte, et je n’ai pas pu résister: j’ai filé mettre mon maillot de bain et je suis revenue me jeter à l’eau. Verdict: elle était glaciale, mais c’était super. Après ce petit bain de fin de journée en solitaire, c’était l’heure d’aller manger mes pâtes au pesto (le parfait repas de flemmard en auberge quand on ne veut pas se trimballer trop de nourriture) et de discuter avec le couple d’Allemands partageant ma chambre!

Et voilà, comme prévu, c’était très long (et ce n’est pas fini!). La prochaine fois, je vous parlerai plus en détail de mon escapade dans les Treshnish isles. See ya!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code