Vie aquatique

Bonjour!
Aujourd’hui, j’interromps la rétrospective écossaise pour vous parler d’un sujet bien plus d’actualité dans ma vie (quoique l’Ecosse, avec moi, c’est toujours plus ou moins actuel ^^). Préparez-vous pour une overdose de… libellules! Eh oui, mon mémoire de master virevolte autour des Odonates, et j’ai vécu mon premier terrain les 6 et 7 mai dernier. Il y avait plus de vent que ce qu’on aurait voulu et c’était encore un peu tôt dans la saison pour les espèces de milieux courants, mais j’ai quand même passé deux superbes journées!

Petite photo de la bucolique lône Chantemerle, prise avec mon natel.

J’ai observé mes premiers Pyrrhosoma nymphula (de belles demoiselles rouges, au nom commun trop stylé de Petite nymphe au corps de feu), des Coenagrion puella, des Ishnura elegans et possiblement une superbe Aeshne printanière (Brachytron pratense, pas facile à identifier étant donné la vitesse sidérante à laquelle ça vole, en changeant constamment de direction et sans jamais se poser à vue — faut d’ailleurs que je m’entraîne au maniement du filet à papillons). Il y avait peut-être peu d’espèces, mais l’abondance était parfois étonnante! Un matin, en marchant dans des hautes herbes pas loin d’un des sites d’étude, il y avait des dizaines et des dizaines de Coenagrion puella et Pyrrhosoma nymphula qui s’envolaient à notre passage, c’était magique! J’ai vu des Zygoptères à peine émergés, faisant sécher leurs ailes translucides, leurs exuvies juste à côté. J’ai vu une larve de Pyrrhosoma nymphula qui grimpait le long d’un carex, cherchant son spot pour son ultime mue. J’ai vu plein de demoiselles voler en tandem et pondre à la surface de l’eau. J’ai vu d’immenses aeshnes patrouiller à toute vitesse.

Mais j’ai aussi vu des martins-pêcheurs, des aigrettes, des hérons, des milans, des cygnes et tant d’autres oiseaux, des traces de sangliers dans la boue, des troncs rongés par des castors, des moucherons volant par centaines à la surface de l’eau, des abeilles sauvages butinant au milieu des fleurs (et des renouées du Japon, qui envahissent tout le coin)… Bref, deux belles journées à marcher dans les bois pour rejoindre les lônes (nom donné aux bras secondaires du Rhône), à pagayer (on a un petit bateau gonflable, génial pour observer la rivière au plus près dans les coins profonds), à m’enfoncer dans la vase avec mes cuissardes géniales, à m’émerveiller devant cette fascinante nature.

Le bateau à Chantemerle (photo natel)

Bref, le seul truc qui me manquait, c’est que je n’avais même pas sorti l’appareil photo (ça commençait à faire beaucoup de trucs autour du cou et dans les mains, entre le filet, les jumelles, le guide d’identification, les fiches pour les relevés…)! Mais je m’étais promis que ce n’était que partie remise et que j’allais prendre le temps d’aller photographier des libellules à un autre moment, à Genève comme à Belley (mon site d’étude, en France). Mais voilà, entre la pluie suivie des longues journées de bise, il n’y avait pas exactement des conditions appropriées… Jusqu’à hier!

Le soleil brillant dans un ciel dégagé et les arbres ayant retrouvé leur position habituelle verticale (avec la bise, le mélèze devant chez moi était plutôt oblique ces derniers jours ^^), José et moi sommes allés nous promener au Bois des Mouilles, armés de nos objectifs. Jackpot! On a passé une magnifique après-midi et on a pu observer plein de trucs autour de cet étang plein de vie!

Couple de Sympecma fusca (leste brun)

En arrivant au bord de l’étang, on repère rapidement nos premières demoiselles. Des couples de Sympecma fusca, Coenagrion puella et Coenagrion pulchellum virevoltent un peu partout. C’est parti pour plein de photos!

Mâle de Coenagrion puella (agrion jouvencelle)
Couple de Coenagrion pulchellum

Il y avait beaucoup de couples occupés à pondre, c’était super chouette à observer. Je suis particulièrement fière de la photo de lestes bruns ci-dessous: j’étais si proche que je n’ai pas eu besoin de la recadrer, et on voit un peu les jolies teintes bleues des yeux du mâle (si jamais, les photos sont censées s’agrandir si on clique dessus).

Couple de Sympecma fusca, avec la femelle en train de pondre

Tout à coup, une énorme libellule file devant nos yeux. En un éclair, elle a fait trois allers-retours devant nous avant de disparaître. J’ai à peine eu le temps de discerner des flashes de bleu et vert. Une aeshne! Mais laquelle? Aux aguets, on scrute l’étang en attendant son retour. Une autre libellule ne tarde pas à démontrer ses prouesses aériennes. Mais cette fois, j’aperçois un flash vert métallique. C’en est une autre!

On essaie de prendre des photos pour tenter de les identifier, mais il y a beaucoup d’essais ratés. Voilà ce que ça donne, haha:

Heureusement, la libellule aux teintes métalliques affectionne le vol stationnaire, ce qui nous aide grandement. On parvient finalement à “réussir” quelques photos. Après réflexion, il me semble bien que nous avons affaire à Cordulia aenea, avec son thorax vert métallique, ses yeux verts et son abdomen dilaté en massue (qui se remarque mieux vu du dessus):

Une probable cordulie bronzée

Pour l’aeshne, ça prend plus de temps. Le vol stationnaire, elle n’a pas l’air de connaître. Finalement, par je ne sais quel miracle, j’arrive à la capturer sur quelques clichés flous!

Cette tache floue est une aeshne!

C’est seulement en rentrant à la maison que j’ai remarqué que j’avais une photo presque réussie, avec assez de détails pour décider qu’il s’agit d’un mâle de Brachytron pratense, l’aeshne printanière!

Brachytron pratense, qui m’a donné du fil à retordre!

Après avoir passé un bon moment sur les pontons, on a fait tout le tour de l’étang comme à notre habitude. On a croisé en chemin plein de lézards verts et quelques grenouilles (qu’on a plus entendues que vues). Un héron cendré et des milans noirs nous ont survolés, et on aussi pu admirer avec plaisir des petites familles à plumes!

Il n’y a pas à dire, les canetons de colvert, c’est vraiment hyper chou.

Une famille de foulques

Mais ma mission première, ça restait nos amies les libellules! Je scrutais donc chaque nénuphar et perchoir potentiel, à la recherche de créatures graciles et allongées.

Et sur un nénuphar, au loin, j’ai aperçu encore une autre espèce: Erythromma najas, la Naïade aux yeux rouges. Le challenge si vous l’acceptez: la trouver sur la photo ci-dessous! 😉 (C’est pas compliqué)

Erythromma najas qui bronze au soleil

Et bien entendu, pendant toute la balade, j’ai encore pris beaucoup trop d’autres photos de Zygoptères et de nénuphars… 🙂

J’ai passé pas mal de temps à mitrailler un couple de Coenagrion puella en train de pondre au milieu des plantes aquatiques. Je ne vous dis pas le boulot pour trier les photos en rentrant… ^^’

Le seul truc dommage, c’est que les meilleures plages horaires pour observer les libellules ne correspondent pas exactement aux lumières les plus douces. Mon prochain défi, ce sera d’essayer d’en photographier au lever du jour, avant leur réveil…

Agrion femelle
C. puella en vol, avec reflet 🙂

Un peu à l’écart, au milieu des herbes, on a croisé un joli petit insecte au croisement entre un papillon et une libellule. Après une rapide recherche Google, il me semble bien qu’il s’agit d’un Ascalaphe soufré (Libelloides coccajus). Je le trouve vraiment beau, avec ses longues antennes et ses taches jaunes!

Ascalaphe soufré (probablement)

Toutes les photos de la journée ont été prises avec mon nouvel objectif macro Sigma 150 mm, acheté spécialement pour les libellules! Je l’ai depuis Noël (merci Pépé!) mais n’avais quasi pas eu le temps de l’utiliser à cause de mon emploi du temps surchargé. Je l’ai testé pour la première fois le jour de mon anni, lors d’une fraîche et pluvieuse journée de mars. Je ne pense pas que j’aurai l’occasion d’en faire un article entier, donc je vous mets quelques photos ici. J’adore aussi cette ambiance totalement différente. 🙂

Et voilà, cet article est enfin fini!
Dès le prochain, retour en Ecosse! 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code